L’économie française tourne à plein régime selon Bruno Le Maire

Par Olivier Sancerre Modifié le 24 août 2021 à 8h03
Consommation Restaurants Trimestre 1
15%La consommation est en hausse de 15% sur les deux premières semaines d'août.

L'économie française tourne à plein régime, malgré le pass sanitaire qui a nécessité un temps d'adaptation. La consommation, en particulier, se porte extrêmement bien.

Bruno Le Maire, invité de France 2, a fait le point sur le niveau de consommation en France durant les deux premières semaines du mois d'août. Pour le ministre de l'Économie, il ne fait aucun doute que si le pass sanitaire a demandé aux Français « un temps d'adaptation », le document est entré dans les mœurs. La consommation a ainsi grimpé de 15% « y compris dans les restaurants » où les factures de carte bleue — un indicateur devenu habituel pour le locataire de Bercy — sont en hausse de 5% dans la semaine du 9 au 15 août. Le ministère fera un nouveau point le 30 août, mais à en croire Bruno Le Maire, cela ne fait aucun doute : « L'économie française se porte bien grâce aux Français ».

Plan de relance : les 100 milliards seront dépensés

Il a également la ferme intention de dépenser le dernier sou du plan de relance de 100 milliards d'euros qui va alimenter le moteur économique de l'Hexagone. Et il rappelle que l'État soutient toujours les entreprises qui rencontrent des difficultés liées à la crise sanitaire, que ce soit dans la restauration-hôtellerie, la culture, le tourisme, les commerces… Ces entreprises « continueront à être soutenues, si jamais elles ont besoin de soutien ».

Augmenter les bas salaires

Même si les protestations anti-vaccins et anti-pass ont connu une baisse du nombre des manifestants samedi dernier, le ministre de l'Économie a voulu saluer ces « 47 millions de Français qui sont des primo-vaccinés ». « Le peuple français, dans son ensemble, a fait preuve d’un sens des responsabilités, face à la crise sanitaire, tout simplement exceptionnel », souligne-t-il. Sur un plan plus économique, il demande aux chefs d'entreprise d'augmenter les bas salaires, que ce soit par les primes, l'intéressement, la participation ou encore l'actionnariat salarié.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis