Les comptes douteux de la région Ile-de-France

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Publié le 4 avril 2016 à 19h28
Audit Comptes Region Ile De France
50 millions ?Les subventions aux associations ont augmenté de 50 millions d'euros en Ile-de-France, entre 2010 et 2015.

Une région fortement endettée, des associations arrosées, des marchés publics suspects... voici quelques unes des découvertes fâcheuses réalisées par le cabinet Ernst and Young, en analysant les comptes de la région Ile-de-France à la demande de sa nouvelle présidente, Valérie Pecresse.

Quand un cabinet d’audit de réputation mondiale comme Ernst & Young parle de “dégradation financière significative”, c’est effectivement qu’il y a un problème... En cinq ans, sous la présidence du socialiste Jean-Paul Huchon, la dette de la région Ile-de-France a ainsi augmenté de... 53 % ! Dans le même temps, loin de chercher à faire des économies pour faire face à l'augmentation de sa dette, la région a continué à embaucher des fonctionnaires : + 16 % en 5 ans, soit un coût pour les finances de la région de près de 60 millions d’euros.

Les subventions aux associations ont augmenté de 2010 à 2015

L’audit d’Ernst & Young révèle que la maladie des subventions aux associations a explosé. le nombre des assocations soutenues par la région, et les montants versés, a augmenté de 2010 à 2015. Loin de faire des économies alors que les recettes fiscales étaient en chute libre, l'exécutif régional dirigé par Jean-Paul Huchon a distribué 50 millions d’euros supplémentaires à des associations pendant cette période. Problème supplémentaire : l’audit révèle que dans 71,4 % des dossiers analysés, “la région ne semble pas être en mesure de pouvoir vérifier la régularité de l'emploi de la subvention au regard d'un bilan qualitatif et quantitatif de l'action” (sic).

Ile-de-France : marchés publics suspects

Si l’on ajoute des marchés publics truffés d’irrégularités, le rapport dit notamment que “certaines des situations permettent de s'interroger quant au respect du principe d'égalité et de traitement des candidats, on comprend la colère de Valérie Pécresse, qui découvre toute une série de bombes à retardement coincées sous les manettes de la première région de France...

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis