Contrefaçons : LVMH et eBay signent un accord pour lutter contre les copies

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Publié le 18 juillet 2014 à 7h55

La guerre semble terminée entre eBay et le géant du luxe français, LVMH. Alors que les contrefaçons sont légion sur les sites de vente en ligne, les deux marques viennent de signer un accord pour lutter contre les copies de produits de luxe.

Il sera désormais bien plus difficile de vendre un faux sac Louis Vuitton sur le site de vente en ligne eBay.

eBay et LVMH signent un accord pour lutter contre la contrefaçon

En guerre depuis plusieurs années, le géant du luxe à la française, LVMH, et le géant de la vente en ligne eBay viennent de signer un accord de lutte contre la contrefaçon. Les deux marques étaient opposées sur ce sujet depuis un certain temps, depuis qu’eBay avait laissé à des internautes le soin de vendre de faux sacs Vuitton, de faux vêtements Christian Dior Couture et des faux rouges à lèvres Guerlain sur son site.

Les droits intellectuels des marques du groupe LVMH protégés

Les modalités précises de l’accord n’ont pas été révélées, mais il porte sur la protection des droits de propriété intellectuelle et combattre la vente de contrefaçons en ligne. Il se pourrait qu’il soit désormais difficile, voire impossible à un internaute de vendre sur eBay un produit LVMH contrefait. Par ailleurs, l’accord entre les deux parties a annulé les procédures judiciaires en cours.

Les procédures judiciaires contre eBay sont annulées

En 2008, le tribunal de commerce de Paris avait condamné eBay à verser 38,8 millions d’euros de dommages et intérêts à six marques du groupe LVMH. Une décision confirmée en appel, mais minorée de 5,7 millions d’euros en 2010. La Cour de cassation avait annulé cet arrêt, demandant un second jugement en appel qui n’aura finalement pas lieu. Une chance pour l’image de marque du site de vente en ligne.

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense.