Pilotage du risque fournisseur : un gain de compétitivité majeur pour l’entreprise

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Franck Le Tendre Publié le 5 mai 2016 à 22h00
France Entreprises Fournisseurs Importance
3,1 millionsEn 2011, la France comptait 3,1 millions de PME.

Depuis 20 ans, la mutation du métier achat, à la faveur de la mondialisation des échanges, des crises économiques successives, et de la transition numérique, s’est accélérée.

Hier cost-killer et sourceur de fournisseurs, le service achats se trouve désormais au cœur de la stratégie des entreprises. Pour les grands groupes, le pilotage du risque fournisseur devient un levier de compétitivité majeur : il a un impact direct sur le résultat et il contribue à l’efficacité globale de l’organisation. Encore faut-il faire preuve d’anticipation et mettre en place des systèmes qui facilitent cette démarche avec pertinence. Franck Le Tendre, Directeur Général de Synertrade France, nous donne les clés de compréhension des nouveaux enjeux liés au risque fournisseur, et des solutions de pilotage de la relation fournisseur.

Relation fournisseur : des facteurs de risques externes multipliés

Le risque fournisseur est une question à envisager selon de nombreux paramètres. Connaître la nature du risque fournisseur potentiel et l’envisager avec précision, c’est se donner la capacité de s’engager dans une vision proactive dont l’entreprise sortira gagnante.

Hier, la simple relation contractuelle régissait la relation client/fournisseur. Le fournisseur vertueux était celui avec lequel le bon prix était négocié au bon volume. Les risques liés à la relation fournisseur restaient essentiellement internes : manque de communication interservices, méconnaissance du cadre réglementaire, distance géographique entre des filiales et multiplication des acteurs sur la chaîne d’approvisionnement pouvaient réduire à néant la réduction des prix attendue de tout bon acheteur.

Avec le progrès technologique et le numérique, la mondialisation et les impératifs de croissance en contexte de crise, les facteurs de risque externes se multiplient et viennent s’additionner aux risques internes. Comme l’explique Franck Le Tendre : « Les facteurs de risques peuvent être de natures extrêmement variées : une usine du fournisseur arrêtée suite à une catastrophe naturelle, et ce sont des millions de perdus. Le non respect des conditions d’hygiène et sécurité dans un centre de production à l’étranger et là encore, en cas de crise médiatique, c’est une perte pour l’entreprise. Même le législateur introduit de nouveaux risques potentiels : délais de paiement non respectés, dépassement des seuils de dépendance du fournisseur et c’est le risque de sanctions financières très lourdes. Qu’elle soit d’origine réputationnelle, financière, géographique ou législative, toute crise fait également planer sur l’entreprise le risque d’une chute de valorisation boursière ».

Un fournisseur vertueux n’est plus un fournisseur qui donne seulement le bon prix au bon volume d’engagement, mais celui qui offre également les meilleures garanties d’une relation sans risque pour l’entreprise, qu’ils soient réputationnels, géographiques, géologiques ou législatifs.

Risque fournisseur : Piloter finement pour prendre les bonnes décisions

Face à la multiplicité des risques, la direction Achats doit impérativement piloter la relation fournisseur finement, anticiper les crises potentielles et protéger l’entreprise et sa croissance. Sa responsabilité et sa mission sont radicalement transformées. Elle doit pouvoir se positionner comme un partenaire de la Direction Financière et de la Direction Générale dans la bonne gestion de l’entreprise.

Selon Franck Le Tendre : « Agir sur le risque nécessite d’avoir les bons outils, les bons tableaux de bord pour prendre la décision la plus avisée. Synertrade a conçu des systèmes capables de fournir aux directions achats cette vision fournisseur à 360° que les ERP classiques ne donnent pas, avec des interfaces simples et claires. Tout cela suppose l’intégration d’une information enrichie soit par des données externes, soit par l’enrichissement des données internes. L’acheteur d’aujourd’hui doit être accompagné d’une vision quantitative à une vision qualitative du fournisseur ».

Les systèmes d’information doivent s’adapter au nouveau visage des achats

Le système d’information doit servir cette nouvelle dynamique en étant capable de collecter, stocker, enrichir les données fournisseurs, qu’elles proviennent de sources internes ou externes. « Loin du seul critère quantitatif qui a prévalu jusqu’à une période récente, le système d’information idéal doit offrir aux directions achats la capacité d’obtenir, traiter et mettre à disposition précision et simplicité ».

De la note en matière de RSE aux données financières détaillées, le système d’information doit permettre d’établir un scoring précis pour chaque fournisseur, de mesurer la globalité de l’engagement, quel que soit le nombre de services ou de filiales concernés par le contrat. Il doit garantir la mise à disposition et le partage d’informations fournisseur à tous les collaborateurs et services concernés. Tout ceci aura un impact direct sur le résultat de l’entreprise et sur la sécurisation des prévisions.

La crise la mieux gérée est toujours celle qui n’arrive jamais, à la faveur de l’anticipation et d’une pro-activité constante. L’optimisation du résultat de l’entreprise trouve sa source dans un processus achat pris en charge avec efficience à chaque étape de son déroulement. C’est le défi du système d’information au service des achats du XXIème siècle, et c’est exactement sur cet axe que Synertrade s’engage tous les jours.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Directeur Général de SynerTrade

Aucun commentaire à «Pilotage du risque fournisseur : un gain de compétitivité majeur pour l’entreprise»

Laisser un commentaire

* Champs requis