Plus de 320.000 postes détruits en 2020

Par Olivier Sancerre Publié le 9 mars 2021 à 16h55
Emploi Destruction 2020 2
20.600Au quatrième trimestre 2020, 20.600 emplois ont été détruits.

L'année 2020 a certes été terrible pour le marché du travail. Mais à la lumière des chiffres donnés par l'Insee, la situation n'est peut-être pas aussi pire qu'escompté.

L'emploi salarié a été très touché par la crise sanitaire de 2020. Selon le bilan annuel de l'Insee, ce sont 20.600 emplois qui ont été détruits au dernier trimestre, dont 28.200 postes dans le secteur privé (le secteur public ayant lui un solde positif de 7.600 emplois). Sur l'ensemble de l'année, l'économie française a détruit 283.900 posts, dont 320.300 dans le privé : c'est évidemment énorme, mais pas autant que les craintes de l'Insee en décembre. « Entre fin 2019 et fin 2020, 597.000 emplois salariés auraient donc été détruits », indiquait alors l'institut. Heureusement, on en est loin même s'il n'y a pas lieu de s'en réjouir plus que de raison.

Trois fois moins de pertes d'emploi qu'anticipé

« L'emploi souffre moins que ce qui avait été anticipé. 320.000 emplois perdus, c'est trois fois moins que ce qui avait été anticipé », a expliqué Bruno Le Maire à France 2. Selon le ministre de l'Économie, ce sont les mesures prises par le gouvernement qui expliquent la « résistance du marché du travail ». Il est vrai qu'au regard de la situation au premier et au deuxième trimestres (qui ont enregistré des destructions d'emplois de l'ordre de 488.000 et 201.000 postes), le bilan 2020 aurait pu être bien pire. Le rebond a été très marqué durant l'été avec 425.600 créations de postes, mais le quatrième trimestre a été frappé par les nouvelles mesures de confinement et le couvre-feu.

L'intérim sauve les meubles

Les grands perdants de l'année sont le tertiaire marchand, où les destructions d'emplois s'établissent à 326.000, et l'industrie (-57.500 postes). En revanche, la fonction publique, la construction ainsi que le tertiaire non marchand ont créé des emplois. Quant à l'intérim, après avoir plongé de plus de 40 % au premier trimestre (-317.300 postes !), le rebond a été significatif tout au long de l'année : le secteur termine l'année avec une progression de 5,1 % au dernier trimestre, mais une perte limitée à 41.900 emplois en 2020.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Aucun commentaire à «Plus de 320.000 postes détruits en 2020»

Laisser un commentaire

* Champs requis