Plus de 80% des cadres franciliens souhaitent quitter la région parisienne

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Marie-Eve Jamin Modifié le 28 août 2018 à 12h19
Attractivite Paris Immobilier 2
28%Plus de 28% de ces éventuels candidats au départ pensent même à s'installer en province dans l'année.

Les cadres franciliens font part de leur ras-le-bol : 84% d'entre eux avouent envisager de quitter la région parisienne. Et ce, dans les trois prochaines années pour 70% d'entre eux.

84% des cadres parisiens veulent quitter la capitale

Ils en ont marre du rythme et sont excédés de la vie chère qu'ils mènent dans la capitale. Plus de huit cadres franciliens sur dix (84%) envisagent de quitter la région parisienne pour s'installer ailleurs France. Et 70% d'entre eux envisagent même de le faire dans les trois prochaines années, selon une enquête publiée par Cadremploi, ce mardi 28 août.

Stop au métro, boulot, dodo ! Ces cadres qui veulent prendre la poudre d'escampette, souhaitent avant tout trouver un cadre de vie plus agréable (90% d'entre eux) et un meilleur équilibre entre vie personnelle et professionnelle (65%). Plus de 28% de ces éventuels candidats au départ pensent même à s'installer en province dans les douze prochains mois, précise cette sixième édition de l'étude sur « Les villes préférées des cadres parisiens ».

Bordeaux, destination préférée des cadres franciliens

Quitter Paris, oui, mais pour aller vivre où ? Comme en 2017, Bordeaux arrive largement en tête (58%) des villes d'accueil préférées des cadres franciliens, devant Lyon et Nantes (41% chacune), suivies de Toulouse (30%) et Montpellier (28%). Aux deux dernières places de la liste de souhaits, figurent Metz et Saint-Etienne (3%). Pour tant, Paris, villes des Lumières a des atouts pour séduire. Mais la vie culturelle, l’accessibilité rapide à tous les services et l’intérêt de leur travail, ne suffisent pas à leur bien-être : ils sont 55 % à se déclarer non satisfaits de leur vie actuelle.

Ils souhaiter trouver dans ces villes un coût de la vie plus accessible pour 77% d'entre eux. Mais ils veulent aussi passer moins de temps dans les transports, de plus d'une heure et demie chaque jour pour près de la moitié d'entre eux (49%) et qu'ils sont 56% à trouver excessif. Ils sont aussi las du béton. En effet, 54% avouent ressentir un manque de proximité avec la nature. Enfin, 48% évoquent des problèmes de logement. Et pour quitter Paris, ils sont même prêts à quelques sacrifices : près de 50% pensent à une reconversion professionnelle (48 %) et envisagent une baisse de salaire (47 %), qui peut aller jusqu’à 5.000 euros sur leur salaire annuel brut pour 62 % d’entre eux.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis dix ans, j'essaie de transmettre ma passion pour l'actualité au quotidien. Je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

Laisser un commentaire

* Champs requis