90 % de la population mondiale touchée par une pollution trop élevée

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 27 septembre 2016 à 15h20
Pollution Oms Danger Santes Qualite Air
60%60 % des villes européennes ont des niveaux de pollution trop élevés selon l'OMS.

L'OMS a lancé un pavé dans la marre mardi 27 septembre 2016 concernant la pollution dans le monde. L'Organisation Mondiale de la Santé tire une nouvelle fois la sonnette d'alarme, une sonnette qui ressemble plus à une alarme antiaérienne vu la teneur alarmante du rapport qu'elle a publié. L'ensemble de la population mondiale serait concernée par des niveaux de pollution trop élevés, à commencer par les pays sous-développés et en voie de développement jusqu'aux pays riches et industrialisés.

6 millions de décès liés à la pollution en 2012

Dans le rapport publié mardi 27 septembre 2016 l'OMS ne laisse pas place au doute : la pollution est un réel problème de Santé Publique qui concerne tout le monde. En 2012 pas moins de 6 millions de personnes seraient décédées de maladies dont l'origine est liée à la pollution. Après le scandale du DieselGate qui n'a pas encore fini de faire parler de lui, le rapport de l'OMS tombe à pic. Une personne sur neuf dans le monde meurt aujourd'hui des conséquences de niveaux de pollution trop élevés.

Si 90 % des décès surviennent dans des pays pauvres, où la situation est littéralement catastrophique, tous les pays du monde sont concernés. 90 % de la population mondiale, selon le rapport de l'OMS, vivrait dans des milieux où la pollution de l'air est supérieure à la limite qui la rend dangereuse.

En Europe, 60 % des villes sont au-dessus des limites

L'OMS a étudié les niveaux de pollutions de 3 000 villes réparties sur l'ensemble de la planète pour arriver à cette conclusion. Bien évidemment, et sans surprise, ce sont les habitants d'Afrique, d'Asie et du Moyen-Orient qui vivent dans l'air la moins respirable. Mais l'Europe et les Etats-Unis ne sont pas en reste.

En Amérique, 15 % des villes ont un air trop pollué et la situation est bien pire en Europe où ce sont 60 % des habitants des villes, dont les Parisiens, qui respirent chaque jour un air dangereux pour la santé.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis