Près de huit Français sur dix veulent garder un lien professionnel pendant leurs vacances

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Paul Laurent Modifié le 11 juillet 2022 à 14h35
Laptop 2567953 1920
26%26% des Français comptent sur leurs congés pour se déconnecter.

Selon une étude réalisée pour Génie des Lieux, un cabinet de conseil en aménagement de bureau, 79% des travailleurs Français garderont un lien avec leur travail en amenant leur ordinateur ou téléphone professionnel pendant leurs congés.

Un quart des Français vont travailler à distance

Selon une étude réalisée pour Génie des Lieux, les Français seront une majorité à vouloir garder un lien avec leur travail pendant les congés. Pour 79% d’entre eux, cela signifie qu’ils emporteront avec eux un moyen de travail tel un téléphone professionnel ou leur ordinateur de travail. 24% des personnes interrogées prévoient même de télétravailler un ou deux jours par semaine. 11% choisissent même de travailler pour leur entreprise tous les jours.

28% des Français resteront connectés par téléphone ou par mail pendant leur vacances. Pour une grande majorité des Français (92%), avoir une connexion WiFi sur le lieu de vacances est primordial. Selon l’étude, seuls 26% des Français comptent sur leurs vacances pour être complètement déconnectés.

Des congés faits pour se reposer

Or, la loi interdit aux salariés de travailler pendant leurs congés payés. « L’employeur qui a sciemment occupé un salarié durant ses vacances peut également faire l’objet de poursuites menant à des pénalités de dommages et intérêts », explique le Code du travail. Les employeurs ont même interdiction de rappeler leurs employés pendant leurs congés. S’ils le font, ils s’exposent à une amende pouvant aller jusqu’à 1.500 euros.

Les employés n’ont également pas le droit de travailler pour d’autres employeurs durant leurs vacances payées. « Le salarié qui accomplit pendant sa période de congés payés des travaux rémunérés, privant de ce fait des demandeurs d’emploi d’un travail qui aurait pu leur être confié, peut être l’objet d’une action devant le juge d’instance en dommages et intérêts envers le régime d’assurance chômage », indique le code du travail. Quelqu’un qui irait travailler pour un concurrent peut même être renvoyé pour faute grave.