A nos lecteurs : à propos de la publicité sur Economiematin.fr

Photo Jean Baptiste Giraud
Par Jean-Baptiste Giraud Modifié le 6 décembre 2013 à 8h34

Chers lecteurs,

Réguliérement, nous recevons à la rédaction des courriels déplorant que telle ou telle publicité gêne la lecture du site, ou encore tout simplement qu'il y ait trop de publicités à l'écran. Nous répondons à chacun de ces courriers, à la recherche, parfois, d'un problème technique, ce qui peut arriver parfois. Ainsi, ce matin, une publicité de voiture avait la facheuse habitude de s'afficher en plein écran même après fermeture. C'est un bug.

Pourtant, quitte à enfoncer une porte ouverte, il nous semblait important de vous rappeler que la publicité est quasiment notre seule source de revenus. C'est elle qui permet à une petite équipe de journalistes, motivés, dévoués, de vous proposer une sélection de l'actualité économique, traitée à la sauce EconomieMatin : simple, concise, claire, mais aussi enrichie, utile, ludique.

La publicité, principale source de revenus d'un pure player

"-N'en avons nous pas déjà assez" lisons nous parfois ? Que nenni : malheureusement, le volume de pages disponibles sur Internet pour y afficher de la publicité (les régies appellent cela "l'inventaire) est tel, que par application basique de la loi du marché, les prix des "encarts publicitaires" sur notre site, comme sur ceux de nos concurrents mais néammoins confrères, sont très faibles.

Pour vous donner un ordre d'idée, sachez qu'une publicité en bannière (en haut de la page) ou en pavé (sur le côté), affichée sur votre écran, nous rapportera au mieux... 0,1 centime d'euro. Il faut donc que 1000 personnes affichent cette page et cette publicité pour que nous touchions... 1 euro. En revanche, lorsque l'un de nos lecteurs clique sur une publicité, sur nos pages, nous sommes bien mieux récompensés. Cela peut se chiffrer en centimes. Seulement.

Aussi, nous ne pouvons que vous demander, voire, vous implorer humblement, de bien vouloir accepter la publicité présente sur le site, le site mobile, les applications iPad, iPhone et Android (cliquer ici pour télécharger l'application adaptée à votre téléphone ou votre tablette), comme un moindre mal. Non : Comme un bienfait. C'est elle qui nous permet de vous proposer les articles d'EconomieMatin ainsi que les analyses ou coup de gueule des experts qui veulent bien passer par notre média pour exprimer leurs idées et leurs pensées.

Partagez nos articles, abonnez-vous à la newsletter

Si vous appréciez EconomieMatin -que vous pouvez consulter gratuitement, il est bon de le rappeler, grâce donc essentiellement à la publicité- rendez-nous service en cliquant, quand le coeur vous en dit, poussé par la curiosité ou l'envie, sur les bannières et pavés présents sur le site, le site mobile, les applications. Si vous appréciez un article, rendez-nous service en le partageant le plus largement possible sur les réseaux sociaux. Vous avez lu un papier intéressant ? Cherchez sur les côtés ou en dessous un deuxième à lire, plutôt que d'aussitôt refermer la page.

Et si vous etes abonné à la newsletter (pour ceux qui ne le sont pas encore, cliquez ici), pensez à cliquer sur au moins un article, pour "venir" le lire sur le site, ou le site mobile ! Réguliérement, nous croions des lecteurs, ou recevons des messages de certains qui nous expliquent adorer la newsletter et la lire entièrement ou presque... sans jamais cliquer sur un article, puisque justement, nous avons souhaité que la newsletter vous permette de lire une grosse partie du début de chaque article, pour vous permettre de décider objectivement si vous voulez le lire ou non. Alors qu'avec un seul titre, incitatif... C'est un choix, respectueux de vous, notre seule richesse, nos lecteurs, fidèles pour certains depuis bientôt dix ans.

Economie Matin fêtera en effet son anniversaire l'an prochain, en 2014. en mars 2004 sortait notre numéro zéro, en juin, notre numéro 1, diffusé à 100 000 exemplaires. en 2006, 360 000 exemplaires (certifiés par l'OJD) étaient distribués (gratuitement, grâce à la publicité) chaque semaine à Paris, Lyon, Lille, Marseille et dans près de 2000 entreprises en France. Désormais, EconomieMatin.fr est accessible à tous, partout, tout le temps, et vous êtes plus de 850 000 lecteurs (visiteurs uniques, novembre 2013) à nous apprécier tous les mois.

Merci.

Bien entendu, vous pouvez solliciter EconomieMatin pour vos campagnes publicitaires, articles sponsorisés, dossiers thématiques en partenariat : publicite@economiematin.fr

Photo Jean Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+, Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018. Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).

Laisser un commentaire

* Champs requis