Le quotidien L’Humanité se place sous la protection du tribunal de commerce

Par Olivier Sancerre Modifié le 27 janvier 2019 à 0h03
Humanite Presse Tribunal 2
200L'Humanité emploie 200 salariés.

Le quotidien communiste L’Humanité fait face à de grandes difficultés financières, depuis des mois. Pour reprendre son souffle, l’entreprise s’est placée sous la protection du tribunal de commerce de Bobigny.

L’avenir de L’Huma est désormais entre les mains du tribunal de commerce. Patric Le Hyaric, le directeur du journal, l’a confirmé dans un communiqué diffusé ce vendredi. Une audience aura lieu le 30 janvier pour déterminer l’avenir de l’entreprise, explique-t-il. Il précise que les lecteurs sont au courant de la situation difficile du quotidien. Ce placement sous la protection de la justice va permettre à L’Humanité de se restructurer sans la pression des créanciers, si toutefois le tribunal le décide.

Des salariés pris de court

Au contraire d’autres organes de presse, L’Humanité n’est pas adossé à un grand groupe financier à même d’éponger les pertes. C’est d’ailleurs dans la nature même de ce quotidien, fondé en 1904 par Jean Jaurès, et qui a connu de nombreuses difficultés dans sa longue vie. Selon un journaliste du quotidien qui l’a indiqué à l’AFP, l’annonce de la direction a été faite ce jeudi ; les salariés ont été pris de court, mais ils demeurent combatifs.

Forte subvention

L’Humanité emploie 200 salariés, dont plus de la moitié sont des journalistes. Les paies seront versées normalement, mais par le régime de garantie des salaires, un mécanisme qui prend le relais lorsqu’un entreprise n’a pas les fonds nécessaires pour verser les salaires. Le quotidien est un des journaux les plus aidés de France : il a reçu en 2016 une subvention publique de 3,6 millions d’euros, soit l’équivalent de 38 centimes par exemplaire.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Aucun commentaire à «Le quotidien L’Humanité se place sous la protection du tribunal de commerce»

Laisser un commentaire

* Champs requis