Retraite à 63 ans : la proposition de l’Institut Montaigne

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 17 février 2016 à 9h09
Retraite France Institut Montaigne Report Age Legal
11 MILLIARDS €Le régime des retraites aura un déficit de 11 milliards d'euros en 2018 en France

Le régime des retraites va mal : il est en déficit depuis des années et la situation empire contraignant le gouvernement à chercher des axes de réforme et des solutions. L'Institut Montaigne vient de jeter son pavé dans la mare en proposant, dans un document publié mercredi 17 février 2016, deux nouveaux axes de réforme parmi lesquels la retraite à 63 ans.

Réduire le déficit en augmentant les trimestres travaillés

Selon les calculs, le régime des retraites aura un déficit de 11 milliards d'euros en 2018 en France. Un déficit insoutenable qui mine la stabilité et la pérennité du dispositif sur le long terme. Et un déficit que les gouvernements successifs ont beaucoup de mal à combler : depuis 1993 pas moins de six réformes du régime des retraites ont été réalisées, sans que le problème ne disparaisse.

Pour l'Institut Montaigne, une nouvelle réforme "sera nécessaire" sous peu. Dans son document publié mercredi 17 février 2016, il annonce deux axes majeurs qui ne vont pas faire plaisir aux salariés.

L'Institut Montaigne propose en effet de faire passer l'âge légal du départ à la retraite des 62 ans actuels à 63 ans. La durée de cotisation nécessaire passerait alors à 43 à l'horizon de 2025. Or la retraite à 62 ans est un sujet sensible, les syndicats clamant régulièrement une réforme pour la porter à 60 ans (et non 63 ni 65...)

Les régimes privés et publics alignés plus rapidement

L'autre point crucial évoqué par l'Institut Montaigne est la question de l'alignement des régimes de retraite du public et du privé. Actuellement ces deux régimes ont un mode de "calcul des droits" très différent et très favorable aux salariés du public.

Dans le public, en effet, les droits à la retraite sont calculés sur les 6 derniers mois de travail donc, théoriquement, les 6 derniers salaires qui sont susceptibles d'être les plus élevés de la carrière. Dans le privé, par contre, ce calcul est réalisé sur les 25 meilleures années.

Dernier détail du rapport du Think Tank, et non des moindres, le compte pénibilité. Pour l'Institut Montaigne il s'agit d'un "Piège politique" auquel "il faudrait avoir le courage de renoncer purement et simplement".

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis