Seul 1 Français sur 4 est prêt à parler de sa santé mentale

Par Anton Kunin Modifié le 8 octobre 2020 à 15h37
Depression Angoisse Depressif Maladie Mentale
44%44% des Français ont parlé de leur santé mentale à leur médecin.

Les années passent, mais la santé mentale reste un tabou en France. Seul 1 Français sur 4 se dit prêt à en parler. Mais, peu à peu, les choses évoluent : depuis le début de l’épidémie de Covid-19, 6% des Français ont parlé à d’autres personnes de leur santé mentale pour la première fois.

Les membres de la famille, les premiers interlocuteurs pour des problèmes de santé mentale

Les Français, toujours réticents à parler de leur santé mentale ! Selon un sondage Ipsos pour l'application de méditation Headspace, seuls 27% des Français ont déjà abordé le sujet de leur santé mentale avec d’autres personnes. La plupart en ont parlé à leur famille (73%), à des amis (71%), à leur médecin (44%), un peu moins à leurs collègues (38%) et à leur employeur (18%). À noter que 10% des Français n’ont jamais parlé de leur santé mentale à d’autres personnes mais envisagent de le faire à l’avenir.

Pour se faire du bien, les Français sont les plus nombreux à cuisiner (44%), lire (36%), discuter avec des amis (34%), faire de l’activité physique (33%), jardiner (32%) ou encore prendre l’air (30%). Interrogés sur les activités qui ont, à leurs yeux, le plus de conséquences positives, ils citent « se recentrer sur ce qui compte vraiment » (54%), « ralentir et apprécier les petites choses » (52%) et « passer du temps qualitatif avec des proches » (37%).

Les femmes, les 18-34 ans et les inactifs sont les plus concernés par les problèmes de santé mentale

Les problèmes de santé mentale ont gagné du terrain depuis le début de l’épidémie de Covid-19. D’après la dernière enquête hebdomadaire de Santé publique France, 10,9% de nos compatriotes déclarent souffrir de dépression, 18% d’anxiété, et 65,8% font part de problèmes de sommeil. À noter que davantage de personnes rapportent des troubles du sommeil (elles étaient 61,3% au début du confinement), mais que l’incidence de l’anxiété et de dépression a diminué.

Selon la même enquête, les personnes déclarant des antécédents de troubles psychologiques ainsi que celles déclarant une situation financière très difficile souffrent plus souvent d’anxiété, de dépression et de problèmes de sommeil. L’anxiété et les problèmes de sommeil semblent surtout toucher les femmes, les 18-34 ans et les inactifs.

Aucun commentaire à «Seul 1 Français sur 4 est prêt à parler de sa santé mentale»

Laisser un commentaire

* Champs requis