Sécurité routière : de nouveaux radars placés près des zones de travaux

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Publié le 9 juillet 2015 à 7h09
Radar
420Les radars ont rapporté l'an dernier à l'Etat 420 millions d'euros net

Un radar protecteur pour les personnels qui travaillent le long des routes, il fallait y penser ! C'est désormais chose faite : une cinquantaine de nouveaux radars mobiles vont être mis en service d’ici la fin de l’année. Ils seront positionnés sur les zones de chantier, afin de sécuriser les agents.

Au gré des besoins

Les rebelles auront peut-être plus de mal à les détruire. Pas seulement parce qu'ils sont mobiles et autonomes, mais parce qu'ils servent précisément à protéger des vies humaines, de celles et ceux qui réparent nos routes. Quiconque dépassera la limite de vitesse autorisée sera flashé et recevra une amende.

Le nouveau type de radar se transporte par remorque au gré des travaux routiers. Il peut contrôler jusqu’à 7 500 véhicules par heure. Sa présence est indiquée par un panneau indiquant "Contrôles automatiques sur toute la longueur du chantier".

En 2016, au moins 150 nouveaux radars de ce type devraient être installés.

La bonne affaire

L'an dernier, l'Etat a dépensé 190 millions d'euros pour faire fonctionner les 4.122 radars routiers.

Les amendes générées par les radars ont rapporté 612 millions. Il faut dire que le nombre de radars a lui–même augmenté au fil des ans. On compte 4 123 boîtiers au 1er janvier 2015, contre 4097 pour 2014.

Parallèlement, ceux qui fonctionnent vraiment sont de plus en plus nombreux : 92,6% l'an dernier contre 86,5% en 2012. Et ils fonctionnent mieux sur le plan technique. Finies les photos où l’on ne peut pas lire la plaque d’immatriculation : désormais, 62% des flashs sont suivis d’un PV, contre seulement 54% en 2011. Un taux de transformation bien plus efficace.

Chaque année, environ 10 millions d'amendes sont envoyées aux automobilistes flashés par le centre de traitement des contraventions automatisées de Rennes.

Une partie de cette manne financière est dévolue aux collectivités locales, afin de les aider à développer les transports en commun et à financer des opérations de sécurité routière. Une autre, 10% seulement, sert à désendetter l'Etat.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis