Le Sénat vote des congés sans solde pour les étudiants salariés

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Publié le 13 mai 2015 à 9h50
Senat Conges Etudiants Salaries Etudes
25 %D'après l'observatoire de la vie étudiante, 25 % des étudiants français seraient en difficultés financières.

Tous les soixante jours, les étudiants qui travaillent en parallèle de leurs études pourront bénéficier de cinq jours de congés sans solde afin de leur permettre de réviser.

Cet amendement, l’un des nombreux ajoutés à la loi Macron, doit encore recevoir l’aval de la commission mixte paritaire du Parlement.

Cinq jours de congés sans solde par semestre

Le Sénat a adopté mardi 12 mai dernier un amendement permettant aux étudiants salariés, ceux qui travaillent en dehors de leurs études, de bénéficier de cinq jours de congés sans solde tous les soixante jours de travail, soit tous les semestres. Des jours qui seront mis à profit pour réviser leurs examens. Ils doivent en effet être pris le mois précédant les partiels.

L'amendement doit être validé par la commission mixte paritaire du Parlement

L’amendement précise : « un étudiant justifiant d’une inscription valide et en cours a droit à un congé supplémentaire de cinq jours ouvrables par tranche de soixante jours ouvrables travaillés prévus par son contrat de travail ». Ce texte doit encore être validé par la commission mixte paritaire du Parlement, auquel cas c’est l’Assemblée nationale qui devra trancher.

Des congés payés à l'origine du texte

Dans sa version initiale, l’amendement prévoyait que ces cinq jours de congés soient payés. Cette disposition n’a finalement pas été retenue. Et cela alors que 25 % des étudiants de France seraient en difficultés financières, selon le dernier rapport de l’Observatoire de la vie étudiante.

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis