Taxe d’habitation : maintenue pour les 20% ou les 5% les plus riches ?

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 17 juillet 2020 à 9h26
Taxe Habitation Nouvel Impot 1
17 MILLIARDS €En 2017, la taxe d'habitation a rapporté plus de 17 milliards d'euros.

Le gouvernement semble décidé à faire de la taxe d’habitation, dont la suppression pour 100% des Français était prévue pour 2023, le deuxième « impôt Covid », après le maintien de la CRDS jusqu’en 2042. Mais il doute sur un point : à qui demander de payer ?

Qui va payer la taxe d’habitation ?

Emmanuel Macron, le 14 juillet 2020, a évoqué cette option qui, depuis, fait couler de l’encre : maintenir la taxe d’habitation pour certains foyers afin de payer en partie la facture liée à la crise sanitaire et économique. Mais puisqu’il n’est pas question de revenir en arrière et de réinstaurer cette taxe pour les ménages qui en sont déjà exonérés, ce seront forcément les 20% les plus riches qui seront mis à contribution.

Les plus riches, certes, mais pas forcément les millionnaires, comme ce serait le cas si le gouvernement réinstaurait l’Impôt sur la Fortune (ISF), chose qu’il refuse. Pour faire partie des 20% les plus riches, et donc payer la taxe d’habitation, il suffit d’avoir un Revenu fiscal de Référence (RFR) en 2019 de 27.706 euros pour une personne seule, 44.124 euros pour un couple sans enfant.

De fait, les « 20% les plus riches », soit ceux qui ne sont pas concernés par une exonération totale de la taxe d’habitation dès 2021, sont certes les très riches, mais également des ménages aux revenus moyens.

Ne faire payer que les « 5% » ?

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, a été interrogé par France Inter sur ce sujet le 16 juillet 2020. Il a tenté d’apporter une précision aux propos du Président et a rappelé que, pour l’instant, rien n’est acté : Emmanuel Macron n’a évoqué qu’une « option ».

Dans les cartons de Bercy, il y en a une autre : « séparer de ces 20% les 5% les plus riches à qui on demanderait un effort supplémentaire ». En somme, 95% des ménages français ne paieraient plus la taxe d’habitation et les 5% les plus riches la paieraient… augmentée.

Taxer les riches sans réinstaurer l’ISF ?

Pour le gouvernement, ce serait un coup double politiquement : d’une part, il évite de faire payer le Covid aux ménages moyens sur lesquels il compte pour relancer la machine économique et la consommation ; d’autre part, il pourra dire qu’il a effectivement « taxé les riches » en leur demandant cet effort supplémentaire… sans avoir à besoin de réinstaurer l’ISF.

Les montants récoltés par cette taxe d’habitation majorée seront inférieurs aux 3 milliards d’euros de recettes fiscales en moins depuis la suppression de l’ISF (la taxe d’habitation rapportait 22 milliards par an lorsqu’elle était payée par tous les ménages dont près de 8 milliards d’euros payés, justement, par les 20% les plus riches), mais symboliquement le geste est là.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Taxe d’habitation : maintenue pour les 20% ou les 5% les plus riches ?»

Laisser un commentaire

* Champs requis