Transport maritime : retour à flot

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Nicolas Cotto Publié le 2 juillet 2021 à 10h51
Conteneurs Bateau Exportation Importation France Usines Bougainville

Particulièrement touché, en 2020, par la pandémie mondiale de Covid 19, le secteur du transport maritime retrouve un nouveau souffle.

L’un de ses leaders, le groupe français CMA CGM, indique un bénéfice net de 1,72 milliard d’euros au premier trimestre 2021, contre seulement 48 millions l’année précédente. Et le groupe d’annoncer que le contexte de reprise économique devrait permettre de dégager des résultats équivalents pour le deuxième trimestre. On s’attend à une forte demande de transport de biens de consommation. Des dizaines de milliers de containers de marchandises sont encore bloqués dans de nombreux ports à travers le monde, bien que la plupart des pays touchés par la pandémie ont rouvert leurs frontières maritimes.

L’une des plus importantes économies de service va donc terminer l’année avec ses chiffres en baisse, mais d’après l’ISEMAR, dans des niveaux somme toute acceptables. Comme le rappelle l’Institut supérieur d’économie maritime, « la maritimisation des matières premières et produits industriels est à une échelle telle que les 50 000 navires sont incontournables et indispensables, à moins de changer notre fonctionnement économique. » Et de ne pas oublier que le transport maritime de fret est aujourd’hui très dépendant de l’activité économique chinoise. Quand celle-ci s’arrête ou bien est fortement ralentie, comme ce fut le cas lors de la pandémie de Covid 19, c’est l’activité économique mondiale qui est touchée de plein fouet. En première ligne, son véhicule numéro un, le transport maritime, responsable de plus de 80% des échanges de marchandises à travers le monde.

Afin de s’assurer que plus rien ne viendra enrayer ou ralentir les échanges maritimes, cinq institutions onusiennes, dont l’OMS, ont demandé « instamment » aux gouvernements « d’accorder la priorité aux gens de mer et aux équipages d’aéronefs dans leurs programmes nationaux de vaccination. » Cela pourrait s’avérer un véritable casse-tête. Car sur les deux millions de marins qui exploitent la flotte mondiale de navires marchands, 900 000 d’entre eux sont originaires de pays en voie de développement. Et ceux-là pourraient avoir plus tardivement que les autres accès aux vaccins.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste

Aucun commentaire à «Transport maritime : retour à flot»

Laisser un commentaire

* Champs requis