Travail dominical : un salaire multiplié par 3 à la Fnac

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 8 janvier 2016 à 13h31
Fnac Salaire Travail Dimanche Accord Syndicats Proposition
850 MILLIONS €La Fnac a racheté Darty pour 850 millions d'euros fin 2015.

Alors que commence, en 2016, la première année complète d'application de la loi Macron permettant l'ouverture des magasins tous les dimanches dans certaines zones, les conflits entre les organisations syndicales et les patrons se multiplient. La Fnac aurait trouvé une solution pour faire pencher de son côté la balance : rémunérer un maximum ses salariés.

La Fnac paiera ses salariés trois fois plus

Dans les ZTI (Zones Touristiques Internationales), créées par la Loi Macron, les magasins pourront ouvrir tous les dimanches de l'année. Dans les autres zones le nombre d'ouvertures dominicales est porté à 12 (elles étaient de 5 avant la loi). Mais la question de la rémunération et des contreparties pour les salariés reste source de conflit.

La Fnac confirme ce vendredi 8 janvier 2016 une information du journal Les Echos : le groupe serait prêt à payer trois fois le salaire prévu lors des ouvertures dominicales. Mais pas toutes : seulement les 12 dimanches les plus générateurs de chiffre d'affaire sur les 52 ouverts. Les 40 autres dimanches verront tout de même leur rémunération doubler.

Enfin un accord avec les syndicats ?

Avec cette proposition, la Fnac espère lever le blocage qui pèse sur le travail le dimanche dans ses magasins. Jusqu'à présent aucun accord n'avait pu être trouvé avec les syndicats, surtout car la CGT, majoritaire, SUD et FO sont contre le travail dominical. Mais avec cette proposition de salaire triplé la Fnac aurait réussi à convaincre la CFTC, deuxième syndicat du groupe.

"Une réunion de discussions aura lieu lundi 11 janvier 2016" annonce le porte-parole de la Fnac, et les syndicats devront alors décider si accepter, ou non, les nouvelles conditions. Ces derniers sont toutefois encore plutôt réticents surtout au niveau des principes régissant le "repos compensateur" des salariés ayant travaillé le dimanche ainsi que des salariés travaillant la semaine et qui subiraient une surcharge de travail à cause des absences.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis