Uber : condamné à payer au SMIC ses chauffeurs britanniques (mais refuse)

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 31 octobre 2016 à 8h37
Uber Chauffeur Requalification Droits Salaries Royaume Uni
100 MILLIONS $Uber a trouvé un accord amiable à 100 millions de dollars pour clore une class-action américaine visant à requalifier ses chauffeurs en salariés.

La charge contre Uber et son business model consistant à considérer ses chauffeurs comme des indépendants et, de fait, ne pas les payer au salaire minimum, ne pas leur payer de cotisations et ne pas leur donner de congés payés, continue d'être au centre de batailles judiciaires. La start-up milliardaire a perdu un premier round au Royaume-Uni mais semble refuser de se plier à la loi.

Les chauffeurs Uber payés le SMIC au Royaume-Uni

Une nouvelle fois, devant les tribunaux, Uber s'oppose à ses chauffeurs qui veulent être requalifiés comme "salariés" et ne plus être considérés comme "indépendants". La différence est de taille, surtout au niveau du salaire et des droits comme les cotisations et les congés payés. Le syndicat GMB Union a porté l'affaire devant le tribunal du Travail de Londres et a eu gain de cause.

Vendredi 28 octobre 2016 le tribunal a estimé que les chauffeurs d'Uber ne peuvent pas être considérés comme des indépendants et demande donc que l'entreprise les requalifie. Une décision qui, selon le syndicat, s'applique à tous les chauffeurs d'Uber au Royaume-Uni dont le nombre serait entre 30 000 et 40 000.

Pour GMB Union, Uber doit de fait payer ses chauffeurs au SMIC et leur concéder des congés payés. Le groupe américain a annoncé qu'il avait l'intention de faire appel de la décision.

Uber prévient ses chauffeurs : "la décision ne concerne que deux chauffeurs"

Alors que l'affaire va être portée en cour d'Appel, Uber a déjà annoncé à ses chauffeurs que rien ne va changer. Un e-mail envoyé à ses collaborateurs britanniques, que GMB Union a rendu public, prévient les chauffeurs que la décision de justice ne s'applique qu'aux deux chauffeurs qui ont porté l'affaire devant les tribunaux.

Un e-mail qui n'a pas manqué de scandaliser le syndicat britannique à l'origine de la plainte. Après avoir rendu public l'e-mail, il a twitté aux chauffeurs Uber "si vous avez reçu ce mail trompeur sachez que la décision concernant Uber s'applique aux 40 000 chauffeurs britannique et pas uniquement à 2".

C'est donc un nouveau front qui s'ouvre dans le conflit qui oppose les chauffeurs et Uber : savoir si la requalification sera automatique ou s'il faudra passer par une action de groupe. A moins qu'Uber ne gagne l'Appel...

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis