Après les VTC, l’application UberPop vient menacer les taxis

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Publié le 6 février 2014 à 9h35

Alors que le Conseil d'Etat a annulé hier le décret instaurant le délai de 15 minutes pour les véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC), les taxis sont confrontés à un nouveau concurrent, plus difficile à cerner : l'application UberPop de la société californienne Uber, qui permet à tout un chacun de s'improviser taxi pour arrondir ses fins de mois.

Il s'agit en fait de "covoiturage urbain". Le covoiturage existe déjà depuis quelque temps, notamment grâce à des entreprises telles que BlaBlaCar. Mais le covoiturage urbain fait office de nouvelle tendance de l'économie collaborative. Et les taxis le voient évidemment d'un mauvais oeil après leurs déboires avec les VTC.

Avec UberPop, la course moyenne rapporte 12 euros

Le principe d'UberPop est simple. Une particulier, qui conduit sa voiture, peut dès lors qu'il a téléchargé l'application smartphone, devenir un chauffeur occasionnel pour d'autres personnes, pourvu qu'ils aient également téléchargé l'application. La course moyenne rapport environ 12 euros à son chauffeur. Pour être pris en charge, le client indique via l'application où il souhaite être récupéré. L'appli le met alors directement en relation avec un chauffeur, et la commande de la course est alors confirmée par SMS. Pas d'espèces à avoir sur soi, le paiement se fait automatiquement puisque l'utilisateur aura donné ses coordonnées bancaires à l'inscription sur UberPop.

Un tarif minimum de 6,60 euros fixé par la Préfecture de police de Paris

Au niveau des tarifs, ce sont ceux fixés par la préfecture de police. La prise en charge s'élève à 1 euro, puis la course est facturée 0,35 euro la minute ou 0,80 euro le kilomètre, en sachant que le tarif minimum est de 6,60 euros. L'application propose enfin des tarifs forfaitaires, notamment pour se rendre à l'aéroport.

Les conditions : un permis de conduire depuis 3 ans et un casier judiciaire vierge

Pour devenir chauffeur UberPop, et accessoirement la bête noire des taxis, rien de plus simple. Il vous suffit d'être âgé de plus de 21 ans, de posséder son permis depuis 3 ans au moins, et de fournir un extrait de casier judiciaire (vierge, évidemment) ainsi que l'historique de son assurance. A noter que devenir taxi, pour arrondir vos fins de mois, grâce à Uber, vous permet d'économiser le prix d'une licence de… 250 000 euros. Attention cependant, il est interdit de racoler des clients, ni de marauder dans les rues à la recherche d'un usager nécessiteux !

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Aucun commentaire à «Après les VTC, l’application UberPop vient menacer les taxis»

Laisser un commentaire

* Champs requis