L’Union européenne revoit sa liste noire des paradis fiscaux

Par Olivier Sancerre Modifié le 23 janvier 2018 à 13h06
Liste Noire Paradis Fiscaux 2
8Huit pays sortent de la liste noire des paradis fiscaux établie par l'Union européenne.

L'Union européenne a sorti huit pays de sa liste noire des paradis fiscaux. La Tunisie, le Panama ou encore la Corée du Sud ont montré patte blanche aux autorités de l'UE qui ont donc « nettoyé » une liste dévoilée début décembre 2017, après les révélations des Paradise Papers.

Cette liste noire ne contient aucun pays européen, ce qui est sa faiblesse au vu du statut fiscal de certains d'entre eux. Malgré tout, sa présentation le 5 décembre dernier a mis la pression sur les pays et les territoires qui y sont présents. Huit d'entre eux en sortent aujourd'hui, suite à une réunion à Bruxelles des 28 ministres des Finances de l'Union européenne : le Panama, la Corée du Sud, les Emirats Arabes Unis, la Tunisie, la Mongolie, Macao, Grenade et Barbade sortent donc de la liste. Ces pays s'engagent à « remédier aux inquiétudes de l'UE », explique le communiqué du Conseil des ministres des Finances.

Engagements à un très haut niveau

Chacun de ces pays ont pris des engagements « par des lettres signées à un très haut niveau », précise encore le communiqué, ils ont « travaillé dur pour s'engager à réformer leur politique fiscale », se réjouit Vladislav Goranov, le ministre bulgare des Finances (la Bulgarie assurant la présidence tournante de l'Union européenne). Bruno Le Maire, son équivalent français, a approuvé sur Twitter : « la pression européenne a apporté ses premiers résultats ! ».

Toujours sous surveillance

Ces pays n'en ont malgré tout pas terminé avec l'Union européenne. Ils rejoignent en effet une liste grise, ce qui signifie qu'ils restent « sous surveillance » de Bruxelles. Néanmoins, la pression est moins forte. Il reste neuf pays sur la liste noire : Bahreïn, Guam, les Îles Marshall, la Namibie, les Palaos, Samoa, les Samoa américaines, Sainte Lucie et Trinidad et Tobago.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis