Les Etats-Unis de plus en plus pauvres

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Bill Bonner Publié le 11 décembre 2019 à 16h41
Usa Election Impact Monde Inversion Courbe Chomage France
69000 DOLLARSLe salaire annuel moyen à Washington ? le troisième le plus élevé du pays ? est de 69.000 dollars.

Pour une partie des Etats-Unis, la reprise n’a jamais eu lieu… et, économiquement parlant, on est encore en 2009.

Quelle ville !
Baltimore vit à la frontière de la civilité… comme une ville au bord du Sahara, peu à peu envahie par le désert. Il reste des zones de grâce et de charme – mais une bonne partie de la ville est déjà sous le sable.
Hier, tandis que nous marchions dans le quartier, un clochard drogué s’exhibait devant les passants, tandis qu’un mendiant quémandait quelques pièces pour s’acheter un café. Un instant plus tard, un camion de pompier est apparu, gyrophares en marche et sirènes hurlantes – une maison était en feu.

Rome… Paris… Baltimore

La nuit dernière avait lieu l’illumination des monuments, marquant le début de la saison de Noël. Elle a lieu devant nos bureaux – où est érigé le premier monument du pays consacré à George Washington.
Il a été conçu par Robert Mills, qui a dessiné plus tard un monument à Washington encore plus connu, sur le Potomac. Il s’inspire de la colonne de la place Vendôme à Paris, laquelle imite la colonne Trajane à Rome.

George Washington se tient fièrement devant notre bureau

Et voilà donc George Washington, droit et fier sur la colonne de marbre, où il se tient depuis 1815… avec une vue imprenable sur ce qui compte parmi la plus belle architecture XIXème du pays.
Les maisons voisines – tout comme le conservatoire de musique Peabody et le Walters Art Museum – font partie des bâtiments les plus élégants de l’époque. Aujourd’hui, ils sont toujours là, mais le général Washington ne commande plus qu’à une mince zone d’Amérique urbaine civilisée – et il risque d’être envahi à tout moment.
A sa droite se trouvent les pauvres… les masses amères et les foules incandescentes. A sa gauche, le gouvernement municipal, avec ses collectivistes masqués et son incompétence visible.

Vol qualifié

L’année dernière, les orchestres ont joué à plein volume jusqu’à ce que la maire – arrivée avec 45 minutes de retard – prenne enfin la parole. La pauvre Catherine Pugh n’a pas fait acte de présence cette année. Accusée de corruption, elle a plaidé coupable il y a deux semaines et pourrait se retrouver derrière les barreaux pendant 35 ans.
Le Chicago Tribune explique que Mme Pugh n’est pas vraiment la première fraudeuse à occuper ce poste :
« Pugh est désormais la deuxième maire en moins d’une décennie à démissionner suite à un scandale. L’ex-maire Sheila Dixon a quitté son poste en 2010 dans le cadre d’un accord, pour avoir détourné quelque 500 $ de chèques cadeaux destinés à des familles dans le besoin ».
Donald Trump avait raison au sujet de Baltimore. C’est bien « un chantier dégoûtant, infesté de rats et de rongeurs ». Mais la ville a son charme, dans le genre dépenaillé.
Elle est décalée. Elle est stylée. L’immobilier y est relativement bon marché. Il est facile de s’y sentir supérieur, dans la mesure où la moitié de la faune qu’on rencontre au centre-ville est composée soit de déficients mentaux soit de petits voyous.
A une demi-heure de route de là, cependant, c’est une toute autre histoire. Là où Baltimore est pauvre et sauvage, Washington est complètement apprivoisée… et l’une des villes les plus riches du pays. On y trouve de grands restaurants, des maisons valant des millions, des bureaux élégants. Les gens qu’on croise dans la rue sont de puissants décideurs. Ils portent des costumes italiens et ont de meilleures manières.
Leur affaire, c’est le vol qualifié… non les menus larcins.

Gare aux moyennes

Le salaire annuel moyen à Washington – le troisième le plus élevé du pays – est de 69 000 $. A Baltimore, il n’est que de 56 000 $. Entre les prospères banlieues au nord de la ville et le quartier de Baltimore ouest, le fossé est encore plus profond.
Dans les banlieues nord vivent les médecins, avocats et vendeurs d’assurances. A Baltimore ouest, les toxicos, les mères célibataires et les « caillera » luttent pour survivre.
Non qu’un groupe soit meilleur qu’un autre ; nous ne savons pas qui finira au Paradis. Mais ils sont différents. Les homogénéiser en tant qu’habitants de Baltimore, ou même simplement en tant qu’Américains, ne nous rend pas service.
Une personne née dans une famille prospère à Guilford peut espérer vivre jusqu’à 80 ans et plus, à peu près comme un Suédois ou un Français. A l’ouest du boulevard Martin Luther King Jr., cependant, l’espérance de vie tombe à 60 ans à peine ; cela revient à vivre à Haïti ou Madagascar, sans le soleil.
Les moyennes obscurcissent le tableau. Mettez neuf SDF à côté d’Elon Musk, dont la valeur nette est d’environ 26,5 Mds$. Vous obtiendrez une valeur nette moyenne de 2,65 Mds$ chacun. Mais neuf sur dix font quand même la manche.
Ce même brouillard statistique règne sur tous les Etats-Unis. Tara Westover dans The Atlantic :
« Ces dernières années, la croissance a été hyper-concentrée dans nos villes, qui sont des centres de technologie et de finance. Dans le même temps, l’arrière-pays, qui dépend de l’agriculture et de l’industrie – ce qu’on peut appeler la « vieille économie » – a sombré dans un profond déclin.
Il y a des endroits aux Etats-Unis où la récession n’a jamais pris fin. Pour eux, on est en 2009 depuis 10 ans. »
Notre propre équipe de recherches a examiné les Etats-Unis comté par comté. Elle a élaboré une carte montrant les régions en récession, avec les comtés déprimés en rouge :

Cela fait beaucoup de rouge… Joe Withrow, notre analyste, explique :
« La carte montre que les habitants de 2 278 comtés se sont appauvris ces 10 dernières années. Pour autant que nous puissions en juger, cela signifie que 73% des comtés américains sont en dépression. 73% !
Regardons chacun de nos critères. Ces 10 dernières années :
– le chômage a augmenté dans 56% des comtés US ;
– la participation à la main d’œuvre s’est réduite dans 60% des comtés US ;
– le taux de pauvreté a augmenté dans 87% des comtés US ;
– la croissance des salaires ajustée à l’inflation a décliné dans 98% des comtés US. »
Ce n’est pas un tableau réjouissant – que ce soit à Baltimore… ou dans le reste du pays.
Pour plus d'informations et de conseils de ce genre, c'est ici et c'est gratuit

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Fondateur et président d'Agora Inc., une maison d'édition publiant des lettres d'information financières pour les investisseurs particuliers.

Laisser un commentaire

* Champs requis