Véhicules polluants : le malus va augmenter

Par Olivier Sancerre Modifié le 29 septembre 2019 à 18h15
Malus Vehicules Polluants 1
110Le seuil de CO2 va passer à 110 grammes pour le déclenchement du malus.

Les automobilistes qui cherchent à acheter un nouveau véhicule devront redoubler de prudence et surveiller de près le malus sur les voitures polluantes. Le malus va en effet augmenter.

Bruno Le Maire, invité de l'émission Grand Jury RTL, LCI et Le Figaro, a confirmé une information des Echos : le malus sur les véhicules polluants va bel et bien augmenter à partir du 1er janvier, pour se mettre en accord avec de nouvelles normes environnementales européennes. « Oui nous allons augmenter le malus auto, pour une raison qui est très simple : il y a de nouveaux critères européens, nous tenons compte de ces nouveaux critères », précise le ministre de l'Économie. Pour illustrer cette augmentation, il donne un exemple frappant : « Pour un véhicule qui émet 140 grammes de CO2 au kilomètre, on va passer le malus de 690 à 1 901 € ». À bon entendeur…

Dissuader l'achat d'un véhicule polluant

Cette mesure va sans doute forcer certains automobilistes à la réflexion, s'ils souhaitaient acquérir un véhicule polluant. La hausse va peut-être les pousser vers des voitures plus respectueuses de l'environnement. Bruno Le Maire ne s'en cache pas : cette augmentation du malus est une manière de « dissuader les gens d’acheter des véhicules polluants ». Techniquement parlant, le gouvernement va « décaler les règles de calcul des émissions : on va passer de 117 grammes de CO2 à 110 grammes de CO2 pour le déclenchement de ce malus ».

Accélérer la transition énergétique

L'hôte de Bercy estime que cette hausse du malus participe de la volonté de l'exécutif d'agir pour défendre l'environnement. « On ne peut pas vouloir accélérer la transition énergétique et garder des malus auto qui sont encore relativement modestes sur des véhicules qui émettent beaucoup de CO2 », affirme-t-il. Un argument imparable alors qu'Emmanuel Macron entend « verdir » sa politique.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis