Macron dit « non » aux médicaments en grande surface… et tacle Leclerc

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 10 novembre 2014 à 19h01

La question de la vente de médicaments en grande surface lorsque ceux-ci sont disponibles en pharmacie sans ordonnance revient régulièrement sur le devant de la scène. Mais pour Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, il n'en est pas question. Allant totalement à contre-courant de son prédécesseur, Arnaud Montebourg, il clame haut et fort que le gouvernement ne libéralisera pas la vente de médicaments.

Coup de frein à la réforme...

La vente de médicament en grande surface n'aura pas lieu, Emmanuel Macron a été clair sur ce point ce jeudi 16 octobre 2014 sur France Inter « On ne mettra pas des médicaments en grande surface ». Par « on », comprenez « le gouvernement ».

La raison officielle ? « aujourd'hui on ne manque pas de pharmacies » et « les prix ne sont pas excessifs ». Alors vu que les prix ne sont pas trop élevés, pourquoi faire en sorte de les baisser ? ça n'a pas de sens, voyons ! Les ménages ont tout le pouvoir d'achat qu'il leur faut.

« L'idée que des médicaments, même non prescrits, puissent être vendus en supermarché, c'est un peu une atteinte au modèle de société auquel les Français tiennent » estime le ministre de l'Economie.

Leclerc taclé sur la vente des médicaments en grande surface

L'un des défenseurs les plus virulents de la réforme permettant de vendre des médicaments sans ordonnance en grande surface est Michel-Edouard Leclerc, PDG du groupe de distribution Leclerc. Pour lui, la vente de médicaments en grande surface permettrait d'en réduire le prix entre 20 et 25%. D'ailleurs, dernièrement, Leclerc a même lancé une campagne publicitaire ainsi qu'une pétition ayant récolté, en ce jeudi 16 octobre 2014, plus de 66 000 signatures.

Emmanuel Macron a eu un petit mot pour le PDG du groupe Leclerc, et il n'est pas forcément tendre. « Rien n'empêche M. Leclerc d'avoir une officine de pharmacien dans son Leclerc ou devant son Leclerc. Mais ce pharmacien aura l'indépendance d'un professionnel de santé. »

[Partenaire] Les médicaments seraient ainsi vendus effectivement vendus en grande surface, mais au prix normal. La France a libéralisé la vente de médicaments sur Internet (comme ce site), mais à la condition expresse que le site Internet commerçant soit lié à une pharmacie ayant pignon sur rue.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis