Voiture électrique : 30% des Français sont prêts à sauter le pas

Par Cédric Bonnefoy Modifié le 21 octobre 2022 à 11h48
Carrefour Borne Recharge Electrique 2022
30%Selon ce sondage, 30% des Français seraient prêts à passer à l'électrique.

Selon un sondage, 30% des Français seraient favorables à l’achat d’un véhicule électrique. Malgré tout, les freins à l’acquisition restent nombreux. La part de la population attachée aux voitures thermiques est largement minoritaire.

Prendre le virage de la voiture électrique

Au cours des prochaines années, le tournant de l’électrique va être de plus en plus visible. Chaque constructeur est en train de délaisser petit à petit les modèles thermiques au profit des voitures propres. À partir de 2035, aucune voiture à essence ou diesel neuve ne pourra être vendu au sein de l’Union Européenne. Selon un sondage publié par l’institut Odoxa, 30% des Français verraient d’un bon œil l’idée de délaisser leur véhicule pour passer à l’électrique. Ils sont même 54% à pencher pour les versions hybrides. 

Les modèles à hydrogène sont également perçus positivement par les sondés. Selon 63% d’entre eux, ils sont une alternative crédible aux voitures thermiques. Même si pour le moment, cette technologie n’en est qu’à ses débuts et demande encore à être développée.

Encore des freins pour passer à l’électrique

Dans ce même sondage, les Français voient néanmoins plusieurs freins à la voiture zéro émission. D’une part, le coût à l’achat pour plus de 7 sondés sur 10. Les modèles valent beaucoup plus chers par rapport à leur version thermique. Le prix de la batterie est l’un des éléments qui explique cet écart. D’autre part, le manque d’autonomie constitue encore une inquiétude. Pour 53% des personnes interrogées, la durée d’utilisation est un mauvais point.

Autre point qui rebute pour l’instant les consommateurs à sauter le pas vers l’électrique, c’est l’absence des bornes de recharge (37%). Sur ce point, la France est très en retard par rapport aux autres pays européens. Les objectifs auront du mal à être tenus. Dernier enseignement du sondage : seuls 12% des Français se disent encore attachés aux véhicules thermiques. 

Cédric Bonnefoy est journaliste.