Automobile : le scandale des primes à la conversion

85 MILLIONS €
L'Etat a débloqué 85 millions d'euros ont été débloqués pour tenter de
rattraper le retard de paiement.

Depuis plusieurs mois, l'Agence des services et paiement (ASP) ne parvient plus à verser la prime à la conversion et la prime à la casse, selon Le Parisien. Les dossiers s'entassent...

Prime à la conversion : 85 millions d'euros débloqués, mais toujours des retards de paiement

Le gouvernement avait annoncé en novembre 2018 que la prime à la conversion devait passer de 2 000 à 4 000 euros maximum à partir du 1er janvier 2019. Mais le nombre de dossiers en retard s'accumule. En septembre, 70 000 dossiers étaient déjà en retard de paiement. Si depuis, 85 millions d’euros ont été débloqués pour tenter de rattraper ce retard, l'Etat n'a, semble-t-il, pas encore réussi à le faire.

Pour rappel, l'Agence des services et paiement (ASP), a été mise en place au 1er janvier 2018, afin de régler la prime à conversion, en fonction du type de véhicule et du foyer fiscal. Mais victime de son succès, l'établissement chargé du versement, n’avait déjà plus d’argent dès le mois de mai et plus un seul centime n’avait été versé pendant plusieurs mois.

Victime de son succès : trop de demandes, plus d'attente

La prime à la casse est de 1 000 euros pour mettre au rebut les véhicules diesel antérieurs à 2001, et ceux à motorisation essence produits avant 1997. Le dispositif était passé à 2 000 euros pour les ménages non-imposables (pour des véhicules diesel d'avant 2006). Cette prime peut atteindre 2 500 euros supplémentaires pour l'achat d'un véhicule 100 % électrique. Selon les chiffres du ministère, 80% des véhicules mis au rebut sont des voitures diesel contre 20% de véhicules essence.

« A ce stade, 220 000 demandes ont été enregistrées depuis janvier, soit 120 000 de plus que l’objectif prévu pour 2018 », expliquait dimanche 9 décembre le ministère de la Transition écologique et solidaire au Parisien. Selon lui, cela aurait engendré « un allongement notable des délais de paiement ». Et, malheureusement, ces retards mettent en difficultés des ménages et des garages, qui avaient avancé les frais.


A découvrir