Comment vous pouvez transformer un krach en opportunité patrimoniale !

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Le krach est là. C’est une « bonne nouvelle ». Je sais, cela peut sembler un peu provocateur.

Le krach a commencé. C’est génial. On va pouvoir en profiter. Je sais, c’est un brin dérangeant dit comme cela…

Plus sérieusement, pour nous, ce n’est pas une surprise. Nous l’attendions. Nous l’anticipions, nous le comprenons.

Nous avons réfléchi, analysé.

Nous ne sommes donc ni étonnés ni pris au dépourvu.

Un homme averti en vaut deux, un homme préparé en vaut 4.

Pourtant, il est possible d’aller encore plus loin et de transformer ce krach en véritable opportunité patrimoniale pour gagner de l’argent, beaucoup d’argent. Je sais, on me dira encore « il n'y a pas que l’argent dans la vie », ou encore « il n'y a donc que ça qui vous intéresse »…

Pas du tout, mais le gain, très souvent, sanctionne le travail, et ici, le gain peut récompenser l'effort intellectuel et les anticipations, sans que cela soit exempt de risque, ce qui rend la chose plus vertueuse d'ailleurs.

Vous ne volerez rien à personne.

Ce que vous allez gagner sera le fruit d’années de travail et de réflexion pour anticiper les cycles et mettre à profit cette compréhension.

Vous allez me dire encore une fois que si c’était si simple, tout le monde le ferait…

Eh bien c’est aussi simple que cela, pourtant, pour des raisons que je vais vous expliquer, bien peu le feront.

En fait, je ne vais rien vous expliquer, je vais faire mieux que cela : je vais vous le prouver ! Vous le démontrer.

Vous me connaissez, vous me lisez, je ne suis pas un optimiste béat, je ne suis pas non plus un « fin du mondiste » invétéré.

Je suis empreint du bon sens paysan dans lequel j’ai été élevé. J’aime être prêt au pire en espérant le meilleur.

Une fois que l’on a dit cela, qu’est-ce que cela signifie à votre avis?

Simple.

Quand cette crise va s’amplifier (nous n’en sommes qu’au tout début de l’effet krach provoqué par la montée des taux), il y aura deux possibilités.

Soit le monde s’effondre. Soit après le krach, il y aura une reprise

Logique. Étudions ces deux possibilités.

Si le monde s’effondre, vous devez avoir votre plan.
Moi j’ai le mien, avec ma maison à la campagne, mon PEBC – qui est mon plan épargne boîtes de conserves et qui est une métaphore pour désigner tout ce que vous considérez utile à votre vie ou survie en mode dégradé ou crise aiguë du type effondrement économique, comme en Argentine en 2001 ou au Venezuela actuellement.

À vous d’y mettre ce que vous souhaitez. En ce qui me concerne, aimant les boîtes de raviolis bio végétariens de chez Carrefour, je surpondère cet actif précieux en cas de disette.

Encore une fois, c’est une image.

Si tout s’effondre, l’essentiel ne sera pas votre compte en banque, votre PEA ou encore votre assurance vie, qui seront relégués à l’état de papier pour w.c.

L'essentiel sera votre localisation, votre capacité à vous débrouiller et à fédérer dans le cadre d’une communauté de proximité.

Dans un tel cas, il vous faut être à la campagne, avec des savoir-faire manuels, du stock de produits de première nécessité et beaucoup d’amis ! Mieux que seul en ville, et sans emploi.

Si ce n’est pas la fin du monde, que les banques centrales rétablissent la situation en réinjectant les liquidités nécessaires (ce qu’elles feront) et que cela marche encore une fois (ce que nous avons tous intérêt à espérer) alors, après la pluie le beau temps, et les belles valeurs massacrées en Bourse repartiront de l’avant.

C’est dans un tel cas que vous pouvez gagner de l’argent.

Le cas de la « reprise » au moins des cours en Bourse !

Beaucoup, beaucoup d’argent.

Partant du principe, logique également, que celui qui détient 100 000 euros (ou plus évidemment) d’épargne ne va pas acheter 100 000 euros de bocaux de raviolis végétariens Bio de chez Carrefour (qui sont mes préférés), il faut bien penser également à autre chose…

Les cycles économiques, boursiers sont liés aux cycles de taux.

Les graphiques ne mentent pas.

A noter que les points hauts sont de moins en moins hauts et que le prochain point haut sera vraisemblablement plus bas et proche des 5 000 points (ligne rouge du haut).

Les points bas se situent toujours autours de 2 500 points pour l’indice CAC 40 matérialisé par la ligne rouge du bas.

Les mesures ne trompent pas.

Elles sont claires et sans ambiguïté.

Quand les taux montent suite aux décisions volontaires des banques centrales, les crises boursières et économiques suivent. Elles sont évidemment décidées de toutes pièces et provoquées par les banquiers centraux. Mais c’est là un autre sujet.

En attendant, nous pouvons en tirer des conclusions évidentes.

Comme en 2000, comme en 2007, les taux montent ou plus précisément sont montés en 2017 et
2018. Résultat ?

Les mêmes causes provoquant les mêmes effets, la crise arrive et commence par une correction boursière.

Que faire ?

Simple, là encore.

Ceux qui ont des actions les vendent.

Ceux qui ont vendu leurs actions et ceux qui n’en avaient pas se préparent à en acheter lorsque les soldes seront passés par là et que plus personne ne voudra y aller.

À moins 30%, il n’y a plus beaucoup de volontaires ; à - 60%, tout le monde vous dira… « on m’y reprendra plus » !

C’est là qu’il faut racheter ! Et que personne, en général, n’a le courage de le faire !

Mais pas n’importe quels titres, et pas n’importe quand.

C’est la raison pour laquelle j’ai consacré la lettre STRATÉGIES d’octobre, intitulée « Comment transformer un krach en opportunité patrimoniale » à vous expliquer par le menu la stratégie de krach que je vais déployer à titre personnel pour transformer cette nouvelle crise en opportunité pour ma famille.

C’est qu’il va bien falloir financer les études des enfants qui grandissent.

Je vais donc vous expliquer comment et quand acheter, quels titres et pour quelles raisons !

Car je vous ai sélectionné une liste de valeurs bien particulières, des valeurs qui seront massacrées par le krach à venir, et qui auront la meilleure capacité de rebond.

Enfin, comme je n’aime pas plus que vous payer des impôts, j’ai rajouté un critère supplémentaire…
Ces sociétés doivent être éligibles au PEA !

Pour tout savoir, pour tout comprendre, je vous donne rendez-vous ici. Sachez que la promotion est toujours en vigueur pour la lettre STRATÉGIES et que pour tout abonnement, vous avez accès à la totalité des dossiers déjà édités (soit plus de 35 documents et des centaines de pages), sans oublier un code de réduction de 50 % pour tout abonnement à la Lettre confidentielle de la Robolution.

Je crois que ce krach va beaucoup me plaire !!!

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.