Facture d'eau : 1,2 million d'euros pour un couple vivant dans un HLM

1,2 million d'euros
Leur bailleur social leur réclame plus de 1,2 million d'euros pour
leur consommation en eau chaude.

1 233 913,62 euros. C’est le montant hallucinant qui figurait au bas d’une simple facture d’eau chaude reçue par un couple vivant dans un trois-pièces de région parisienne. Une erreur, bien entendu, liée à une anomalie de leur compteur d’eau.

Une facture de plus d’1 millions d’euros : le compteur d’eau s’était mis à tourner à l’envers

Cette facture d’eau a fait l’effet d’une douche froide à ces habitants d’un HLM de Pont-Blanc, à Sevran, en Seine-Saint-Denis. Alors qu’ils ouvrent leur courrier, à la fin du mois de février dernier, ces locataires ont la drôle de surprise de découvrir que la Logirep, leur bailleur social, leur réclame la modique somme d’1,2 million d’euros pour leur consommation en eau chaude.

Bien entendu, les destinataires de cette facture insolite pensent immédiatement à une erreur et plutôt que de céder à la panique, décident d’appeler l’expéditeur du courrier. « Quand j’ai reçu ça, j’ai appelé la Logirep pour demander si le monsieur qui avait envoyé ça n’était pas un peu fêlé », commente l’habitant, interrogé par Le Parisien.

Les habitants de Pont-Blanc reçoivent régulièrement des factures erronées

Et pourtant, ce n’était pas le bailleur social qui était en cause dans ce mauvais calcul, ou plutôt, pas directement. La responsabilité incombe ici aux dysfonctionnements des compteurs d’eau. « Le compteur s’est mis à tourner à l’envers, au lieu d’avancer, il a retranché 7 m3 arrivant sur 9 993 », explique ainsi un responsable de la Logirep, au quotidien.

Mais selon les milliers d’habitants de ces HLM, cette situation ne serait pas du tout isolée et les locataires sont habitués à recevoir des avis d’échéance pour des sommes astronomiques, où la réalité peut être multipliée jusque par 5. Pour en finir avec ces factures qui ne font plus vraiment rire, les habitants du quartier de Pont-Blanc ont décidé de se réunir et viennent de lancer une pétition visant à réunir un maximum de signatures pour demander au bailleur social de prendre, enfin, le sujet au sérieux.


A découvrir