Le plan d'urgence du gouvernement commence à se dessiner

11 %
Le gouvernement prévoit une contraction du PIB de 11% en 2020.

Après les mesures d'urgence, le plan de relance. Le gouvernement prépare un ensemble de dispositifs visant à faire redémarrer le moteur économique du pays. Le plan sera présenté à la rentrée.

Malgré le déconfinement et les mesures de soutien, l'économie française n'est pas près de retrouver son niveau d'avant la crise sanitaire et les deux mois de paralysie quasi-complète de l'activité. C'est pourquoi le gouvernement prépare un plan de relance pour la rentrée. Mais sans tarder, Emmanuel Macron devrait en présenter les grandes lignes durant son interview du 14-Juillet. Et Jean Castex, le nouveau Premier ministre, donnera des précisions le lendemain, durant sa déclaration de politique générale à l'Assemblée. Le Journal du Dimanche a d'ores et déjà obtenu quelques informations sur ce plan de relance, qui comprendra trois volets.

Souveraineté, décarbonation et solidarité

Le premier concerne le renforcement de la souveraineté et la relocalisation en France de plusieurs productions : biotechnologies, recyclage des matériaux, hydrogène. Pour réussir ces relocalisations, il faudra améliorer la compétitivité de la France : le gouvernement envisage une réduction de la CVAE, la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises qui tombe dans les poches des régions. L'amortissement des investissements dans les nouvelles technologies pourrait également être accéléré. Le deuxième volet porte sur la décarbonations de l'économie.

Rénovation thermique

L'État veut soutenir le fret ferroviaire et investir massivement dans la rénovation thermique des bâtiments publics, à commencer par les hôpitaux,  les écoles et les universités. D'après Emmanuelle Wargon, ministre déléguée chargée du Logement, ce sont entre 4 et 5 milliards d'euros qui seront consacrés à ce dossier. Le dernier volet porte sur les mesures de solidarité : hausse des rémunérations pour les personnels hospitaliers et aide importante à l'emploi des jeunes, via une prime pour les entreprises ou l'exonération des charges salariales pour les employeurs.


A découvrir