Vaccins. Qui vaut plus? Qui en premier, Qui en dernier ? Une pandémie c?est choquant !

29 DOLLARS
Une étude estime entre 1 et 29 dollars le coût du traitement, par
jour, contre le coronavirus.

Je sais le titre est provoquant, et c’est volontaire parce que la situation est aussi provocante que choquante !

Chaque vie humaine compte, à égalité, mais cela reste de la belle théorie de salon, du beau politiquement correct de plateaux de télévision. Ce sont des principes de temps radieux et de mer calme.

Ce qui est intéressant en revanche, c’est de voir ce que ces beaux principes d’humanité deviennent lorsque nous quittons le confort et que nous entrons dans le « gros temps ».

Nous y sommes et l’écart entre les discours théoriques et la réalité est évidemment effrayant…

Les Américains d’abord!

Tenez prenez cet article du Monde

« Le directeur général du groupe a affirmé qu’il servirait « en premier » les Etats-Unis s’il trouvait un vaccin. La réaction au sommet de l’Etat ne s’est pas fait attendre.

Le gouvernement américain « a le droit aux plus grosses précommandes », car les Etats-Unis « ont investi pour essayer de protéger leur population », a expliqué, mercredi 13 mai, le directeur général du groupe.

La réaction au sommet de l’Etat ne s’est pas fait attendre. Après le premier ministre, l’Elysée s’est « ému » de l’annonce selon laquelle le groupe pharmaceutique Sanofi servirait en priorité les Etats-Unis s’il trouvait un vaccin contre le Covid-19. « Les efforts déployés ces derniers mois montrent qu’il est nécessaire que ce vaccin soit un bien public mondial, extrait des lois du marché », a ajouté la présidence jeudi 14 mai, tout en précisant qu’Emmanuel Macron recevrait des dirigeants de Sanofi en début de semaine prochaine pour en discuter ».

Maintenant essayons de mettre de côté les politiquement corrects habituels et tentons de raisonner froidement en posant quelques éléments factuels.

Nous sommes 7 milliards, noirs, blancs, jaunes, marrons, riches ou pauvres, peu importe, nous sommes 7 milliards et tous parmi ces 7 milliards ne sont pas Français, nous ne sommes que 70 millions en gros sur ces 7 milliards…

Pourquoi je vous dis cela ?

Pour une raison simple.

L’égalité à la française, la pénurie pour tous!

En France nous aimons l’égalité, un peu trop parfois, et cela peut vite confiner à la crétinerie intellectuelle. Mais quand il n’y a pas assez de masques pour tout le monde, en France, nous en donnons à personne, et on explique que porter des masques ne sert à rien. Voilà comment cela fonctionne dans notre pays.

L’avantage de cette approche française, c’est qu’il n’y a pas besoin de choisir à qui donner les masques… C’est une approche idéologique.

Pas une approche pragmatique, mais c’est une manière de voir les choses et c’est la notre en France… mais nous ne sommes que 70 millions, pas 7 milliards, et aux Etats-Unis les choses sont vues très différemment.

L’approche à l’américaine par le marché!

Soit vous avez le pognon, le blé, le fric, et les billets verts pour acheter votre traitement, vos soins, soit vous ne l’avez pas et vous crevez la gueule ouverte… C’est un peu dur, un peu caricaturé, mais covid ou pas, c’est le principe de l’assurance privée qui prévaut… et donc celui de l’inégalité par l’argent ou de l’affectation des ressources disponibles par la loi de l’offre et de la demande et donc par l’ajustement des prix. Glacial.

Mais efficace.

Si vous êtes afro-américain fauché de Détroit vos chances dans la vie ne sont pas du tout identiques à celles du blanc instruit de Washington DC. Cela ne veut pas dire que les Etats-Unis ne se préoccupent pas de l’égalité des chances ou de la lutte contre le racisme, le politiquement correct ou encore la discrimination positive cela vient des Etats-Unis, mais ils assument en gros une approche par l’argent.

Donc comme ils financent (avec les planches à billets de la FED) la recherche d’un vaccin, c’est « America First ». On a payé, on a les premières doses…

Oui mais c’est pas juste répondent les autres la bouche en cœur…

Mais le monde est injuste, la vie et encore plus la mort sont injustes, mais ce n’est pas tout.

Voici un autre élément de réflexion.

Nous sommes 7 milliards d’habitants.

Imaginons que Sanofi trouve le vaccin génial, qui marche, qui ne rend pas malade, et qui vaccine vraiment et qui soit en plus bio avec le label ecocert (c’est de l’humour noir que les anti-vaccins sauront apprécier), il faut que Sanofi soit choisisse qui va avoir les premières doses, soit, en fabrique disons 7 milliards avant de les distribuer au même moment dans le monde entier, car Sanofi ne pourra pas produire 7 milliards de doses en 1 seconde !

Dans un monde imaginaire où nous sommes tous égaux et où tout le monde il est gentil, d’accord, on serait tous vacciné le même jour car nous aurions 7 milliards de vaccins, injectés par 7 milliards d’infirmières à 7 milliards d’habitants au même moment…

Mais dans la vraie vie, les Etats-Unis penseront que vacciner les Américains d’abord c’est nettement plus « rentable » et économiquement efficace que de commencer par les Français… Je ne suis pas certains que les Français accepteraient d’ailleurs ou même proposeraient à Sanofi de vacciner d’abord et en premier lieu tous les pays africains puisque c’est là-bas que le système de santé est le plus fragile.

Et c’est là que tout cela devient bigrement intéressant pour montrer ce que nous sommes réellement lorsque le gros temps est là.

Économiquement, il faut commencer par vacciner ceux qui rapportent le plus et qui produisent le plus. Peu importe votre place sur la palette des couleurs. On peut considérer que le gars dans une usine agro-alimentaire est plus important à vacciner qu’un haut cadre pinailleur de cases dans un tableur excel…

Sanitairement parlant, il faut commencer par vacciner les personnes les plus fragiles dans les pays au système de santé les plus faibles… ce qui revient à dire que les première doses de vaccins de Sanofi ne devraient aller ni aux Américains, ni aux Français, mais aux Yéménites bombardés, aux Syriens réfugiés sous des tentes, aux Africains sous les nuages de criquets qui dévastent en plus les faibles récoltes…

Personne ne vous parle du véritable sujet.

D’abord nous n’avons pas encore de vaccin, et il se pourrait que nous n’en trouvions jamais, mais imaginons, qui recevra les premières doses ?

Quel sera le critère pour savoir qui recevra la première injection ?

Le tirage au sort ?

L’argent ?

La couleur de peau ?

Votre fragilité et votre état de santé ?

Et si vous êtes vieux ? Et si vous êtes malade ? Et si vous êtes au chômage pourquoi vous vacciner ?

Et si vous êtes africain, qu’il n’y a pas de laboratoire pharmaceutique dans votre pays (ce qui est généralement le cas) quand recevrez-vous les premiers doses ?

Ce sujet était prévisible depuis le départ.

Alors comment faire ?

Déjà il faut ouvrir le débat et en parler, tout simplement.

Ensuite il ne faut jamais oublier que ce qui nous définit c’est notre comportement par gros temps, pas notre politiquement correct de salon.

Il faut donc inviter tous ceux qui critiquent Sanofi ou les Américains à faire don de leur dose au profit des plus fragiles qu’eux, et je ne suis pas certain du succès de cette demande…

Le tirage au sort

Alors que faire, partir du principe que chaque vie compte à égalité, que l’on soit noirs, blancs, jaunes, marrons, riches ou pauvres, ce qui implique que l’approche la moins mauvaise est celle du tirage au sort, parce qu’elle ne sera pas basée sur la sélection de telle ou telle catégorie.

D’ailleurs c’était la conclusion à laquelle ils étaient arrivés dans le film « contagion ».

Au bout de deux ans, lorsque le vaccin est mis en point on tire au sort chaque jour une date, et ceux qui sont nés ce jour-là sont ceux qui sont vaccinés. Les autres attendent leur tour. Il n’y a aucune autre discrimination basée sur le fait que vous soyez  noir, blanc, jaune, marron, riches ou pauvre, gros ou maigre, fort ou faible, c’est la terrible loi du hasard et de l’injustice de la vie, car la vie, comme la mort, comme le hasard sont aussi brutaux qu’injustes.

La vie est courte et nous devons en profiter, la vie est courte et nous devons la passer à nous aimer et pas à nous détester.

Ne pas s’arroger le droit de définir le bien, le mal ou les catégories!

Vaste programme n’est-ce pas.

Mais plus encore, il ne faut jamais s’arroger le droit de définir le mal ou le bien pas plus que de faire des classements entre des catégories, des couleurs, des groupes, car c’est le plus court chemin vers le pire. C’est lorsque les hommes s’arrogent ce droit, que nous allons vers tous les totalitarismes et vers les pires massacres.

Il ne faut jamais abdiquer notre humanité, notre compassion, notre bienveillance, et notre amour, même pas pour un vaccin.


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.