Covid-19 : à travers le monde, la pollution atmosphérique se réduit

25 %
D'après les données du Center for Research on Energy and Clean Air
(CREA), les émissions de gaz à effet de serre se sont réduites de 25%
en Chine depuis le début de l'épidémie de Covid-19.

Télétravail, réduction des déplacements, arrêt d’usines polluantes… : aux quatre coins du monde, la qualité de l’air s’en sort grande gagnante des mesures prises par les autorités pour lutter contre la propagation du coronavirus Covid-19.

Baisse massive des émissions de gaz à effet de serre en Chine

Au-delà du ralentissement de la propagation du virus Covid-19, les mesures restrictives mises en place à travers le monde ont un deuxième effet, moins attendu : celui de réduire la pollution atmosphérique. Dans la province chinoise de Hubei (dont Wuhan est la ville principale), le nombre de jours où la qualité de l’air a été bonne a augmenté de 21,5% en février 2020 comparé à février 2019, indique le ministère chinois de l’Écologie et de l’Environnement. Ces données sont confirmées par les images satellites de la NASA et de l’Agence spatiale européenne, qui rapportent une baisse de NO2 dans les grandes villes chinoises entre janvier et février 2020.

Le Center for Research on Energy and Clean Air (CREA) rapporte une baisse de 25% des émissions de CO2 en Chine, une baisse due à la réduction de 70% des vols intérieurs et à la baisse de production de pétrole et d’acier. Mais le premier contributeur à cette baisse des émissions de gaz à effet de serre est l’industrie du charbon : la production d’électricité dans les centrales à charbon a baissé de 36% entre le 3 février et le 1er mars 2020 comparé à la même période en 2018. Et ce chiffre a son importance, puisque, selon les derniers chiffres disponibles (2018), l’électricité issue des centrales à charbon assure 59% de la consommation chinoise.

En chiffres absolus, les émissions de gaz à effet de serre se sont réduites de 200 millions de tonnes en Chine, ce qui équivaut à la moitié des émissions annuelles d’un pays comme le Royaume-Uni. Cette baisse est significative dans la mesure où le pays est responsable de 30% des émissions mondiales de CO2.

Baisse des émissions polluantes : les États-Unis ne sont pas en reste

Aux États-Unis aussi, les émissions de gaz à effet de serre baissent. Selon les données de la société Tomtom, qui fabrique des outils GPS d’aide à la conduite, seuls 17% des routes étaient embouteillés cette semaine à New York, contre 52% la même semaine il y a un an.

Et ce n’est pas étonnant : aux États-Unis, la moitié de tous les trajets correspondent aux déplacements entre le domicile et le lieu de travail ou d’études. Ces données sont toutefois à nuancer, car même si ces types de déplacements se sont réduits, d’autres connaissent un essor, comme la livraison de courses ou de repas.


A découvrir