Et si les prix des carburants devenaient un enjeu électoral ?

1,65 euros
Lundi 24 janvier 2022, le gazole atteignait en moyenne 1,6540 euro le
litre, soit 3,26 centimes de plus que la semaine précédente.

Comme toujours, un sujet qui n’est pas traité revient régulièrement sur la table, quand ce n’est pas tous les jours.
 

Des prix des carburants jamais vus

C’est le cas en ce moment du sujet du prix de l’essence, qui atteint des niveaux absolument stratosphériques. Hier, j’ai vu de mes yeux vu, dans une station-service d’un grand réseau, le diesel ET le super sans plomb 95 vendus tous deux à 1,99 €, autant dire, à 2 € le litre. Sur les autoroutes, la barre des 2 euros le litre est également en vue. 

À ce niveau de prix, avec une voiture d’une dizaine d’années, soit, l’âge moyen des voitures en France, parcourir 100 kilomètres revient à 25 euros. Avec une voiture construite au début du siècle, il y en a encore des millions qui roulent tous les jours en France, c’est la barre des 30 euros les 100 kilomètres qui est désormais franchie, parfois allégrement. 

Alors faisons court : ce n’est pas supportable. À ce niveau de prix, l’usage de la voiture devient totalement prohibitif. Selon une étude de l’INSEE, l’Institut national de la statistique et des études économiques, les foyers aux revenus modestes restreignent de plus en plus l’utilisation de la voiture, parce qu’elle leur coûte trop cher. 

Baisse des taxes gouvernementales ?

Ce qui révolte de plus en plus d’automobilistes, comme en 2018, c’est que sur ces 2 euros, 1,30 atterrissent dans la poche de l’État, et seulement 70 centimes servent à payer le carburant, et la station-service. 

Pour éviter que le prix de l'électricité n’augmente brutalement de plus de 40%, le gouvernement a décidé de réduire drastiquement une des taxes qui pèse sur cette énergie. 

On n’imagine pas comment le gouvernement actuel pourrait passer à côté de cette solution, pour les carburants aussi. Sauf bien sûr, à en faire une mesure électoraliste, et attendre donc le dernier moment pour l’annoncer...

Retrouvez ici le podcast.  

A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).