Au Qatar, le plein de contrats pour Emmanuel Macron

50
Le Qatar a acheté 50 Airbus A321neo.

Emmanuel Macron ne revient pas bredouille de sa visite au Qatar. Le président de la République, qui a endossé pour l'occasion son costume de VRP de l'industrie française, a signé pour plus de 11 milliards d'euros de contrats avec l'émirat.

Après une visite en Algérie, Emmanuel Macron poursuit sa tournée avec un crochet par le Qatar. Avec un résultat fructueux puisque le chef de l'État a signé plusieurs contrats avec le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani : en tout, 11,1 milliards d'euros synonymes d'activité pour plusieurs grands groupes français ; Dassault repart ainsi avec la levée d'une option pour 12 Rafale, tandis que l'émirat a laissé entendre qu'il pourrait acheter 36 avions de combat supplémentaires. « Ce nouvel accord a été bâti sur la relation privilégiée qui existe entre les deux pays », explique le groupe dans un communiqué.

Équipement militaire et Airbus

Doha s'est engagé par ailleurs sur 490 blindés Nexter. Le Qatar a signé pour 50 Airbus A321neo, et net en place une option pour 30 avions similaires supplémentaires. La SNCF et la RATP ne sont pas laissés sur le bas côté : les deux entreprises obtiennent l'exploitation et la maintenance, pour 20 ans, du métro de Doha et du tramway à Lusail. Enfin, Suez obtient un contrat pour la dépollution des sols de lagunes. Emmanuel Macron, en plus de cette frénésie commerciale, a aussi discuté avec le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani de plusieurs sujets qui impliquent la France et le Qatar, à savoir la lutte anti-terroriste et la crise dans le Golfe.

Lutte contre le terrorisme

Le chef de l'État visite aussi les troupes françaises stationnées dans la région, ainsi que la base militaire américaine d'Al-Udeid où est basé le Centcom, le centre qui dirige les opérations contre les djihadistes. Emmanuel Macron avait reçu le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani en septembre, à Paris.


A découvrir


Olivier Sancerre

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.