Rugby : finalement, il n'y aura pas de fusion entre le Racing et le Stade Français

21,53 MILLIONS
La moyenne du budget d'un club du Top 14 durant la saison 2015-2016
s'établissait à 21,53 millions d'euros.

Le feuilleton de la fusion entre les deux clubs phare parisiens rebondit ce dimanche 19 mars avec une annonce inattendue : finalement, le rapprochement entre le Racing 92 et le Stade Français n'aura pas lieu !

La surprise est totale, au moins autant que celle, il y a une semaine, qui annonçait la fusion entre le Stade Français et le Racing. Jacky Lorenzetti, le président du Racing, écrit en effet que « la fusion n'aura pas lieu ». Cette décision a été prise en accord avec son homologue du Racing, Thomas Savare. « Nous avions décidé, avec Thomas Savare, de rapprocher le Stade Français Paris et le Racing 92 pour créer le grand club francilien de demain et lui assurer un avenir pérenne et brillant. J’ai décidé de renoncer à ce beau projet », peut-on lire dans le communiqué.

Une fusion négociée en secret

Cette fusion, négociée dans le plus grand secret depuis des mois, a été accueillie très fraîchement. Les deux clubs souhaitaient se rapprocher en vue de participer sous la même bannière à la prochaine saison du championnat. Cette initiative n'a pas soulevé l'enthousiasme. Des joueurs du Stade Français se sont mis en grève, la fusion impliquant nécessairement des effectifs en moins. La Ligue nationale de rugby a reporté les matchs du Top 14 impliquant les deux sélections.

Protestation dans tous les stades de France

Du côté de la Fédération, on s'est dit « choqué » par cette décision, celle-ci n'ayant pas été consultée. Quant aux amateurs de rugby, et pas uniquement les fans parisiens, on a aussi protesté : en bout de course, cette fusion aurait été réalisée au détriment du Stade Français, un des plus vieux clubs français.