Taxes : des bêtises immortelles

20 %
LEs Etats-Unis veulent taxer à 20 % des biens et les services produits
à l'étranger.

La réforme fiscale de Trump prévoit 20% de taxes à l’importation. Ceci pourrait déclencher le réveil de l’inflation et un krach des marchés actions.

« Le projet de taxe américain qui inquiète les entreprises françaises », nous indique Les Echos. Les Etats-Unis souhaiteraient frapper d’une taxe de 20% les biens et services produits à l’étranger.

« Les entreprises françaises sont très inquiètes […] Les Etats-Unis sont le marché principal pour beaucoup de grands groupes. Aucun ne peut se permettre de supporter une taxe de 20% face à des concurrents américains qui ne sont pas taxés ».

Remarquez au passage le réflexe des victimes. Plutôt que de se battre contre le principe de la taxe, elles souhaitent l’égalité dans la taxe ! Toujours les mêmes bêtises, c’est lassant et on se sent vieillir. J’assistais à une réunion de famille à Lyon ce week-end. Nous avons eu le droit à une visite guidée de la ville. La richesse de Lyon s’est bâtie en 1420 lorsque le dauphin, futur Charles VII, accorde à la ville deux foires franches par an à la ville. Les marchandises et les marchands de tous les pays étaient exemptés d’octroi et taxe à l’occasion de ces foires. En 1463, Lyon aura droit à quatre foires franches.

Une expansion économique sans égal en résulta. Les marchandises affluaient, l’artisanat se développait, la banque et les changeurs accélérant le commerce florissaient. Dans ce paradis fiscal qu’était Lyon, la population doubla rapidement. Des maisons en pierres à cinq ou six étages se construisirent dès le XVème siècle, au même moment où Paris n’avait surtout que du bois, des taudis et l’interminable chantier étatique du Louvre. Comme la perfection n’est pas de ce bas monde, un étrange impôt frappant les façades sur rue conduisit à une architecture avec des maisons en longueur et des traboules, passages permettent dans cet urbanisme très dense de passer d’une rue à l’autre au travers des immeubles.

Du commerce à la banque, de l’artisanat à la soie. De la soie à la chimie (colorants) et à la bactériologie… Pasteur mit au point un traitement pour protéger les vers à soie contaminés par la pébrine. Du tissage à la mécanique de précision, utile aux métiers… Aujourd’hui, toutes ces activités industrielles existent toujours dans le bassin lyonnais : chimie, mécanique, industrie pharmaceutique. Un simple privilège fut donc la clé d’une prospérité durable. Aujourd’hui encore, les pays les plus prospères pratiquent le libre-échange unilatéral (tout rentre sans taxe d’aucune sorte). Six siècles plus tard, on pourrait penser que l’idée selon laquelle aucun pays, région, ville ne devient plus riche à coup de taxes et d’impôts soit une évidence. Mystérieusement, ce n’est pas le cas…

Les taxes et impôts enrichissent uniquement ceux qui les perçoivent mais, tels les pickpockets, ils arrivent toujours à distraire votre attention. Les taxes Trump vont – comme toutes les expériences de ce genre – peser sur les consommateurs. Il est même possible qu’elles augmentent l’inflation en renchérissant les produits importés. Pour maintenir encore un peu la fiction que les dettes de l’Etat fédéral sont remboursables en dollar non-dévalué par l’inflation, la Fed devra remonter ses taux. Ce faisant, elle sacrifiera la bulle des obligations privées et des actions pour tenter de sauver le dollar.

Pour plus d’informations, c’est ici


A découvrir

Simone Wapler

Simone Wapler est directrice éditoriale des publications Agora, spécialisées dans les analyses et conseils financiers. Ingénieur de formation, elle a quitté les laboratoires pour les marchés financiers et vécu l'éclatement de la bulle internet. Grâce à son expertise, elle sert aujourd'hui, non pas la cause des multinationales ou des banquiers, mais celle des particuliers.

Elle a publié "Pourquoi la France va faire faillite" (2012), "Comment l'État va faire main basse sur votre argent" (2013), "Pouvez-vous faire confiance à votre banque ?" (2014) et “La fabrique de pauvres” (2015) aux Éditions Ixelles.