Télétravail : une exonération d'impôts pour les frais professionnels

550 EUROS
Le plafond de l'exonération d'impôt pour les allocations forfaitaires
est de 550 euros pour l'ensemble de l'année.

Les nombreux Français qui ont dû passer au télétravail l'an dernier vont bénéficier d'une exonération d'impôts sur leurs frais professionnels, a confirmé le ministère de l'Économie.

Bercy va exonérer d'impôts les frais professionnels obtenus par les Français qui ont passé tout ou partie de l'année dernière à la maison pour travailler. Dans le détail, l'exonération concerne les frais réels ou les allocations forfaitaires versés par les employeurs au titre du télétravail. Dans ce dernier cas, celui des allocations forfaitaires, il y a un plafond : 2,50 euros par jour de travail à domicile, soit un maximum de 550 euros pour l'année que l'on pourra déduire du montant des revenus imposables pour 2020. Attention, la déclaration d'impôts 2020 ne présentera pas ces allocations ou ces frais réels : il revient au contribuable à faire le calcul lui-même.

Les obligations de l'employeur

Un accord national international remontant à 2005 dispose que l'employeur doit fournir au salarié en télétravail toutes les capacités d'accomplir ses missions professionnels : il doit notamment lui fournir les équipements nécessaires au télétravail, ainsi que l'installation et l'entretien. Par ailleurs, il doit aussi s'engager à prendre en charge, dans tous les cas, les coûts directement engendrés par ce travail, en particulier ceux liés aux communications. 

Nouvelle organisation du travail

Le gouvernement a fortement encouragé le télétravail l'an dernier afin d'endiguer la propagation de la Covid-19. Un grand nombre de salariés ont engagé des frais professionnels pour la première fois, ce qui a été rendu nécessaire par cette organisation inédite du travail. Et puisqu'il s'agit d'une demande des pouvoirs publics, l'exonération d'impôt allait de soi, restait donc à en connaitre les détails. En revanche, le ministère précise que les frais courants généralement nécessités par l'exercice de la profession, comme les frais de déplacements entre le lieu de travail et le domicile, ou encore les frais de restauration, ne sont pas concernés par l'exonération.


A découvrir