Les grands chantiers de Luc Rémont, le nouveau PDG d’EDF

Luc Rémont va connaitre des prochains mois et des prochaines années très occupés. Le nouveau PDG d’EDF, fraîchement nommé par le conseil des ministres, fait en effet face à de nombreux défis pour son entreprise en passe de renationalisation.

Par Olivier Sancerre Modifié le 29 novembre 2022 à 9h17
Grands Chantiers Luc Remont Nouveau Pdg Edf
450.000 €Le nouveau PDG d'EDF touchera 450.000 euros bruts par an.

Cette fois c'est officiel, Luc Rémont est désormais aux manettes d'EDF. Le Conseil des ministres a entériné la nomination de l'Élysée, après un processus d'audition au Parlement. Le nouveau PDG remplace Jean-Bernard Lévy qui avait annoncé son départ cet été, en même temps que l'État dévoilait son intention de renationaliser l'énergéticien. L'autorité des marchés financiers a d'ailleurs donné son feu vert pour l'opération. Luc Rémont n'est pas au bout de ses peines, « c'est la mission d'une vie », a-t-il déclaré pendant les auditions.

Un contexte très difficile pour EDF

À 53 ans, l'ingénieur polytechnicien a accepté un poste où il sera significativement moins payé que chez Schneider Electric Electric, son ancien employeur. Le salaire annuel du PDG d'EDF est fixé par décret à 450.000 euros brut. La situation de l'entreprise est difficile : « Dans ce contexte de crise énergétique, EDF traverse elle-même une crise sérieuse, d'ordre technique et industriel, qui accentue la tension sur l'offre d'énergie », énonçait-il. La première tâche qui l'attend est de procéder au redémarrage d'un maximum de réacteurs nucléaires alors que la moitié du parc environ est en maintenance.

Éviter les coupures ciblées

Son objectif est de « tenir la demande » de RTE, le réseau de transport électrique d'une production nucléaire comprise entre 38 et 40 gigawatts au 1er décembre. Mais c'est en janvier où EDF sera attendu : Luc Rémont espère avoir les capacités de fournir entre 45 et 50 GW, ce qui ne sera pas évident. RTE a prévu de possibles coupures ciblées en début d'année. Sur le plus long terme, il devra mettre en chantier la stratégie nucléaire très ambitieuse d'Emmanuel Macron tout en gérant une dette colossale qui pourrait se monter à 60 milliards d'euros.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Laisser un commentaire

* Champs requis