Andorre manque de moyens contre le blanchiment

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Tugdual de Dieuleveult Modifié le 15 mai 2012 à 15h38

"Andorre dispose de la législation requise pour la saisie et la confiscation des profits du crime mais le manque de moyens des instances judiciaires entrave son efficacité". C'est en substance la conclusion d'un rapport publié mardi par Moneyval, un organe du Conseil de l'Europe. Cette instance d'évaluation, qui regroupe les Etats européens non membres du Gafi (Groupe d'action financière), précise que la législation andorrane contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme ne répond pas encore totalement aux standards internationaux. Moneyval regrette notamment l'absence d'incrimination de l'auto-blanchiment, soit le blanchiment du produit d'une infraction par la personne même qui l'a commise.

Andorre, longtemps considérée comme un paradis fiscal, a partiellement levé le secret bancaire en 2009, sous la pression de la communauté internationale. Avec 167 établissements répertoriés en 2010, le secteur financier représentait l'une des principales ressources et 16% du PIB de ce pays.

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste pour RMC.fr, Tugdual de Dieuleveult a demarré sa carrière à la télévision en réalisant un documentaire pour Canal+/Lundi Investigation (Dieuleveult : enquête sur un mystère). Il s'investit dans l'ONG Solidarité Internationale et part au Darfour en 2008 pour la Journée Mondiale de l'Eau. En 2010, il rejoint l'équipage de La Boudeuse en Amazonie et participe à l'élaboration de deux documentaires diffusés sur France 5. Il se spécialise ensuite sur le web et collabore avec plusieurs rédactions dont Europe 1, Atlantico, Oh My Food et RMC depuis 2012. Il a intégré Economie Matin dès sa création.

Laisser un commentaire

* Champs requis