Six mois après Florange, Arcelor Mittal investit à Dunkerque

Cropped Favicon 1.png
Par Jean-Baptiste Le Roux Modifié le 9 octobre 2013 à 7h35

Voilà une nouvelle qui ne devrait pas réjouir les salariés et syndicats du site de Florange, condamné à la fermeture il y a six mois, et s'estimant aujourd'hui lâchés par les politiques sur la question (lire ici).

ArcelorMittal continue donc de s'intéresser à la France. Le groupe sidérurgique a annoncé ce mercredi un investissement de 92 millions d'euros sur le site de Dunkerque. Et, ce sera sans doute la goutte d'eau qui fait déborder le vase pour les Lorrains, la totalité de la somme sera dédiée à la réfection totale de l'un des trois hauts-fourneaux du site, pour pérenniser ainsi l'outil de production. Des mesures dont auraient bien aimé bénéficier le site de Florange.

Augmenter la production d'acier du site de Dunkerque

L'opération de maintenance débutera au cours du second semestre 2015, pour une durée de quatre mois. La rénovation de ce haut-fourneau devrait lui permettre d'augmenter sa production, d'un million de tonnes d'acier à 1,2 million annuel. La production totale du site de Dunkerque devrait ainsi être portée à 7 millions de tonnes d'acier par an. Après Dunkerque, ce devrait être au tour des hauts-fourneaux de Fos-sur-Mer de subir la même rénovation.

ArcelorMittal ajuste ses capacités de production françaises

Outre cette remise à niveau de l'outil industriel, de nouveaux investissements dédiés à orienter la production vers des produits à plus forte valeur ajoutée devraient être mis en place. En témoigne notamment la nouvelle ligne de production de Saint-Chély-d'Apcher, en Lozère, inaugurée fin septembre, destinée à produire des aciers pour les moteurs électriques.

Le but pour ArcelorMittal est bien de tirer parti de cet ajustement des capacités de production de ces sites français. Pourtant, la demande n'est pas encore totalement au rendez-vous. Ainsi en 2013, 10 % de la production européenne du groupe seront exportés, mais à des marges moins intéressantes qu'en Europe.

Cropped Favicon 1.png

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame où il anime des matinales et l'émission Parole d'Evêque. Il a travaillé pour Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et membre de l'Association des Journalistes de Défense. 

Laisser un commentaire

* Champs requis