Hausse des prix de l’énergie : les banques alimentaires inquiètes

Par Cédric Bonnefoy Modifié le 10 octobre 2022 à 15h47
Banques Alimentaire Energie 1
10%Les dépenses d'énergie représentent 10% du budget total des banques alimentaires.

Faute de bouclier tarifaire, les banques alimentaires tirent la sonnette d’alarme. Face à la hausse des prix de l’énergie, elles pourraient réduire leur aide aux plus démunis. Un coup dur avant l’arrivée de l’hiver.

10%, le coût de l'énergie pour les associations d'aide alimentaire

Depuis des semaines, le gouvernement tente de protéger le portefeuille des Français face à l’explosion du prix de l’énergie. Mais certains trous dans la raquette sont observés. Les HLM ne sont pas concernés par exemple, tout comme la Banque Alimentaire. Une situation qui inquiète l’association d’aide aux plus démunis. Invitée sur France Info, la directrice générale de la Fédération française tire la sonnette d’alarme.

Pour Laurence Champier, faute d’aide de l’État, les actions de l’association vont en pâtir. Les frais pour stocker ou acheminer les denrées collectées par les bénévoles explosent depuis des mois. L’énergie représente « 10% » du budget mais les hausses cumulées au niveau national laissent craindre le pire. « En Charente-Maritime, une banque alimentaire va voir sa note d'électricité quadrupler d'ici janvier 2023 » sans possibilité de la payer.

Des actions réduites

Faute de pouvoir honorer toutes les factures, certaines entités locales pourraient baisser le rideau. L’association tente d’alerter l’État. Pour 2023, un scénario est particulièrement redouté : des hausses tellement importantes de l’énergie que les chambres froides devraient être débranchées ou que le gasoil explose, impactant de fait l’acheminement des denrées collectées vers les bénéficiaires.

Pour les banques alimentaires, il y a urgence surtout à l’approche d’une période de forte affluence. Cette année, l’association enregistre 9% de demandes supplémentaires. Pour faire face, elles doivent tourner à plein régime. Sans aide, pas d’autre choix que de réduire son aide. Une grande collecte sera organisée fin novembre, mais surtout un grand appel aux dons pour assurer la continuité des actions.

Cédric Bonnefoy est journaliste.

Laisser un commentaire

* Champs requis