La Banque de France confirme : la crise ne sera pas effacée en 2021

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 10 mars 2021 à 8h11
Catastrophe Apocalypse Danger Economie Dette Usa
8,3%Le PIB français a chuté de 8,3% en 2020

L’année 2020 s’est clôturée avec la pire récession de l’histoire moderne en France, du jamais vu depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. La chute du PIB ne sera, sans surprise, pas compensée en 2021 : c’est le gouverneur de la Banque de France qui le dit ; et ce malgré un rebond important de l’économie.

5% de croissance en 2021 ? oui... mais à mettre en perspective

À la suite de la publication, le 8 mars 2021, des dernières prévisions économiques de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, son gouverneur, a répondu à quelques questions le 9 mars 2021 sur FranceInfo. Il confirme que la France devrait connaître, en 2021, une des croissances « les plus fortes d’Europe ». La Banque de France table en effet sur une croissance qui atteindrait au minimum 5% sur un an, du jamais vu depuis le choc pétrolier de 1973.

Néanmoins, malgré cette bonne nouvelle, il ne faut pas oublier de mettre en perspective les choses : la France a connu une chut du PIB de 8,3% en 2020, une récession historique. Une croissance de 5% en 2021 ne suffira donc pas à compenser les pertes, loin de là.

En fait, fin 2021 et si les prévisions de croissance de la Banque de France se confirment, le PIB de l’Hexagone sera encore 3,7% inférieur au niveau de fin 2019. Il faudra donc au minimum deux ans pour compenser la crise sanitaire et économique, ce qui ne permettra finalement à la France que de revenir au niveau de 2019. L'économie française aura alors perdu 3 ans : entre fin 2019 et fin 2022, si tout va bien, l'évolution du PIB français aura été nulle.

Des prévisions soumises… à la consommation de l’épargne des Français

Le gouverneur de la Banque de France, comme le gouvernement, misent beaucoup sur l’épargne cumulée des Français en 2020, entre 100 et 150 milliards d’euros selon les estimations, pour relancer la consommation et donc l’économie.

C’est tout à fait possible, juge François Villeroy de Galhau, s’il n’y a « pas d’autres motifs d’inquiétude qui transforment cette épargne sanitaire en épargne de précaution », a-t-il déclaré à FranceInfo. Une mise en garde pour le gouvernement, donc, qui doit tout faire pour rassurer les Français et contrôler l’épidémie et ses évolutions.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «La Banque de France confirme : la crise ne sera pas effacée en 2021»

Laisser un commentaire

* Champs requis