Bruxelles accorde 4 mois de plus à la France pour boucler son budget 2015

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Publié le 24 novembre 2014 à 9h15

Quatre mois, quatre petits mois... selon Le Figaro c'est tout ce que pourrait avoir la France de Bruxelles avant qu'elle ne décide de sanctionner le pays incapable de tenir ses engagements malgré des coupures budgétaires à tout va, des augmentations d'impôts et une réforme de la politique familiale qui ne plaît à personne sauf au gouvernement. La Commission Européenne pourrait en effet décider de reporter sa décision en mars 2015 alors qu'elle était prévue pour fin novembre 2014.

François Hollande peut-il sauver la France en quatre mois ?

Quatre mois de répit, ou 120 jours... voilà le soin purement palliatif qu'accorderait Bruxelles à la France, selon les informations du Figaro. Elle décidera définitivement si elle ne statuera sur le sort de l'Hexagone qu'en mars 2015 le vendredi 28 novembre 2014 lors de sa prochaine réunion.

Voilà qui laisse un tout petit peu de temps à François Hollande, Manuel Valls, Emmanuel Macron et toute la crique au pouvoir pour réformer de A à Z le pays. Bien peu de temps pour un calendrier déjà chargé : la réforme des professions réglementées et des seuils sociaux est déjà lancée et sera présentée en décembre 2014 par le ministre de l'Economie.

Une réforme fortement demandée par Bruxelles qui pourrait redorer l'image de la France aux yeux de la nouvelle commission Juncker dont le commissaire aux Affaires Etrangères n'est autre que Pierre Moscovici, qui siégeait autrefois à Bercy.

En cas d'échec la France va le payer cher

La pression est forte sur le gouvernement qui, rappelons-le, a annoncé ne plus augmenter les impôts entre 2015 et 2017. C'est le Président de la République lui-même qui l'a promis aux Français, en direct, à la télévision. Toutes les augmentations d'impôts prévues devront donc être votées avant le 1er janvier 2015, faute de quoi la parole de François Hollande ne sera pas tenue. Mais ce ne serait pas étonnant.

Mais, surtout, le gouvernement risque fortement de se faire taper sur les doigts par Bruxelles. Car s'il obtiendra un répit de 4 mois, il n'est pas question pour Bruxelles de ne pas décider en mars 2015 de sanctionner (ou pas) la France.

Une sanction qui risque de coûter cher au pays : jusqu'à 0,2% du PIB... ou 4 milliards d'euros.

Mais nous gardons espoir : François Hollande va réussir en 4 mois à faire ce qu'il n'a pas réussi à faire en 2 ans ! Et d'ici mars 2015 la croissance sera de retour en France, le chômage aura baissé, l'investissement aura augmenté...
Ou pas.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Bruxelles accorde 4 mois de plus à la France pour boucler son budget 2015»

Laisser un commentaire

* Champs requis