François Rebsamen : « je ne m’attends pas à une amélioration immédiate [du chômage] »

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 28 mai 2014 à 8h33

Alors que l'UMP est en pleine crise politique, Jean-François Copé ayant été forcé à quitter la présidence du parti après l'affaire Bygmalion, et que le PS ramasse ce qu'il reste de lui à la petite cuillère après la déculottée aux Européennes, les chiffres du chômage pour avril 2014 devraient être publiés ce mercredi 28 mai 2014 vers 18 heures.

Et de l'aveu même du ministre du Travail, François Rebsamen, il ne faut pas s'attendre à une amélioration.

Combien de chômeurs en France en avril 2014 ?

Le gouvernement a définitivement abandonné sa phrase phare : « l'inversion de la courbe du chômage ». Désormais, on parle en termes « d'amélioration » et « d'aggravation ». Pas de quoi rassurer les Français.

D'autant plus que, dans une interview pour les journaux du groupe Ebra, François Rebsamen ne prévoit pas que la situation se soit améliorée.

« Concernant le mois d'avril, je ne m'attends pas à une amélioration [des chiffres du chômage] » a-t-il déclaré avant de rassurer : « pas non plus à une aggravation significative ».

François Rebsamen s'attend-il à une « aggravation » non significative ?

Si on décode cette phrase du ministre du Travail, on pourrait penser que le gouvernement s'attend à ce que les chiffres du chômage pour avril 2014 soient pire que ce de mars 2014.

En effet, si François Rebsamen ne s'attend pas à une « aggravation significative », cela implique-t-il qu'il s'attend à une « aggravation » qui ne soit pas significative ?

Or toute aggravation est actuellement significative car le dernier record a été battu en mars 2014 avec 3,349 millions de chômeurs de catégorie A en France. Une ultérieure aggravation de ce chiffre donnerait donc lieu à un nouveau record.

Laisser un commentaire

* Champs requis