Chute du prix du pétrole : c’est bon pour le PIB !

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 12 janvier 2015 à 7h46

La chute continuelle du prix du pétrole a déjà fait du bien au portefeuille des Français : avec le litre de Diesel qui frôle l'euro et le litre d'essence qui est descendu sous les 1,30 euros, les économies sont au rendez-vous. Mais, qui plus est, il semblerait que le pétrole bas fera également un peu de bien au PIB de la France (et des autres pays).

50 dollars le baril de Brent c'est bon pour la santé (économique)

Le pétrole a chuté, probablement bien en-dessous de ce à quoi on s'attendait : en janvier 2015 il a même franchi, à la baisse, la barre des 50 dollars le baril pour le Brent. Les prix de l'essence et du diesel ont donc suivi. Mais ce n'est pas tout.

La baisse du pétrole entraîne également diverses baisses annexes que celles liées à la consommation de carburants, et tous les experts sont concordes : le PIB de la France (et des autres pays forcément) va en profiter.

Pour Bercy, par exemple, cette basse devrait entraîner une hausse de 0,5% du PIB en 2015, si le prix ne remonte pas d'un coup. Il en est de même pour les analystes d'Exane BNP Paribas qui estiment les bienfaits de la baisse du pétrole sur le PIB au même niveau que Bercy. Pour Barclays, toutefois, la hausse ne serait « que » de 0,2%... mais c'est déjà ça.

Consommation des ménages en hausse, déficit commercial en baisse

Premier impact de la baisse du pétrole et donc du carburant ce sont les économies des ménages : ils ont plus de pouvoir d'achat et donc, automatiquement, ils devraient consommer plus. Et avec la consommation vient l'augmentation du PIB.

Selon Jean-Baptiste Pethe, économiste chez BNPO Paribas, c'est simple : « une baisse de 40 % du prix du pétrole fait croître la consommation des ménages d'environ 1 point en France ». Mais il reste assez prudent estimant que le taux de chômage actuel pourrait également inciter les Français à mettre de côté plus qu'à dépenser.

Si au niveau micro-économique le pétrole à 50 dollars le baril fait du bien, au niveau macro-économique c'est de même. Notamment au niveau de la balance commerciale, déficitaire en France. Car le déficit commercial baisse lorsque le prix du pétrole est bas.

C'est déjà le cas au quatrième trimestre 2014 : le déficit commercial français a baissé de 1,1 milliard d'euros pour atteindre 3,2 milliards d'euros.

La chute du prix du pétrole devrait entraîner une hausse du PIB de la France.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.   Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Aucun commentaire à «Chute du prix du pétrole : c’est bon pour le PIB !»

Laisser un commentaire

* Champs requis