La contrefaçon de médicaments devient un phénomène majeur

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 26 septembre 2013 à 4h46

« Contrefaçon de médicaments et organisations criminelles » : rien que le titre du rapport de l'Institut de Recherche Anti-Contrefaçon de Médicaments (IRACM) publié hier fait froid dans le dos. Oui, de nombreux médicaments, vendus notamment sur internet, circuleraient ! Et évidemment, ils sont potentiellement dangereux pour la santé.

Au mieux, un médicament contrefait ne soigne pas ; au pire, il tue

« La dangerosité des médicaments est réelle et rappelons qu'à défaut d'entraîner la mort, un produit contrefait qu'il soit sur-dosé, sous-dosé ou sans principe actif ne soigne pas. Donc, dans le meilleur des cas un faux médicament ne soigne pas et au pire il tue » précise le rapport, passionnant.

D'après l'institut, cette étude inédite dévoile et alerte l'opinion publique sur un phénomène grandissant et encore mal connu : le crime organisé et le trafic de faux médicaments. Un phénomène « majeur (...) et extrêmement inquiétant car la vie des patients est en danger s'ils consomment des médicaments contrefaits ».

95 % des pharmacies en ligne exercent illégalement

Plusieurs chiffrent donnent le tournis : 95 % des pharmacies en ligne exercent illégalement, un médicament sur deux vendu sur Internet est un faux, les médicaments contrefaits sont les premiers produits saisis aux frontières de l'Union européenne.

Un exemple parlant : les faux médicaments concernant le paludisme et la tuberculose seraient présents dans 90 pays et tueraient 700 000 personnes par an.

Par ailleurs, les ventes de médicaments contrefaits ont atteint 75 milliards de dollars en 2010, soit une augmentation de 90% depuis 2005. D'après le World Economic Forum, la contrefaçon de médicaments serait même estimée à environ 200 milliards de dollars, soit le premier secteur de trafics illicites devant la prostitution et la marijuana.

Ces fausses pilules sont essentiellement importées d'Inde ou de Chine par courrier, puis revendues, à des tarifs attractifs, sur internet à... vous et moi.

Un conseil : délaissez votre souris et allez chez votre pharmacien au prochain problème de santé !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique. Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Aucun commentaire à «La contrefaçon de médicaments devient un phénomène majeur»

Laisser un commentaire

* Champs requis