Croissance nulle : les réactions de l’opposition

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Modifié le 14 août 2014 à 13h27

La publication des chiffres de la croissance par l'Insee, croissance qui s'est avérée être nulle pour le deuxième trimestre 2014 et qui a conduit le gouvernement à revoir à la baisse son objectif pour 2014 qui n'est plus que de 0,5% de croissance contre 1% auparavant, n'a pas manqué de faire réagir l'opposition, très critique vis-à-vis de la politique du gouvernement et de François Hollande. (La suite des réactions politiques est disponible ici)

Luc Chatel : « la crédibilité politique de François Hollande s'effondre comme un château de cartes »

La première réaction à la publication des chiffres de la croissance par l'Insee vient de Luc Chatel, président par intérim du parti UMP. Pour lui, c'est simple : la crédibilité politique de François Hollande s'est « effondrée comme un château de cartes ».

« Hollande et Valls ne doivent pas seulement changer de politique, ils doivent changer de logiciel » estime M. Chatel. Le gouvernement serait resté au XXème siècle alors qu'aujourd'hui « il ne suffit pas d'attendre, en croisant les doigts, l'effet d'entrainement d'une reprise économique venue d'ailleurs ».

Eric Woerth : « Le budget pour 2014 est faux »

Interrogé sur RMC, le député UMP de l'Oise analyse les conséquences de la croissance nulle : « Cela veut dire plus de déficit, le budget pour 2014 est faux. Ça veut dire qu'on décroche vis-à-vis de nos partenaires européens, ça veut dire aussi plus de chômage.

Le gouvernement doit, selon lui, « se mettre au travail » et, surtout, « réformer puissament le Code du Travail ».

Laurent Wauquiez : « ce gouvernement accumule les échecs économiques »

Vice-président de l'UMP, Laurent Waquiez critique lui aussi durement la politique du gouvernement de François Hollande qui « accumule les échecs économiques ». Des échecs dans tous les domaines : « sur le déficit, sur l'emploi et aujourd'hui encore sur la croissance, alors que le 14 juillet le président de la République annonçait la reprise. »

Le député de Haute-Loire, interrogé sur RTL, fustige également le ministre des Finances Michel Sapin : « Ce qui m'inquiète, c'est la première réaction de Michel Sapin qui consiste à dire c'est la faute de Bruxelles ou c'est la faute de la Banque centrale européenne. »

Marine Le Pen : il faut que la France se place en dehors « du cadre anesthésiant de l'Union Européenne »

La présidente du Front National, Marine Le Pen, fustige une nouvelle fois l'Union Européenne de laquelle elle aimerait voir la France sortir. Pour elle, entre autres, c'est « le cadre anesthésiant de l'Union Européenne » qui est la cause de la croissance nulle du deuxième trimestre.

« Le nouveau trimestre de croissance nulle que vient de vivre la France doit définitivement alerter nos compatriotes sur l'incompétence grave de nos dirigeants successifs, incapables année après année de remettre en cause les dogmes absurdes qui guident leur politique économique » estime-t-elle tout en accusant également « la politique économique de la zone euro » qui est un « échec total ».

« L'euro continue d'enfoncer nos pays dans la sous-croissance et la désindustrialisation. L'ouverture totale des frontières et le refus de toute forme de protectionnisme accélèrent la disparition de notre industrie » a-t-elle conclut.

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis