Russie : Et si Poutine ne payait pas ses dettes pour se venger des sanctions ?

Paolo Garoscio
Par Paolo Garoscio Publié le 15 avril 2015 à 9h07
Poutine Pouvoir Dettes Paiement Rupture Accord Loi Parlement Tetekine
4%La Russie risque de voir son PIB se contracter de 4% en 2015 à cause de la crise qui frappe le pays

Vladimir Poutine va-t-il se venger des pays qui ont pris des sanctions économiques contre la Russie en ne payant pas les dettes ? C'est une idée qui est passée par la tête du parti communiste russe qui et surtout du député Viatcheslav Tetekine. Il a déposé un projet de loi donnant au président russe le pouvoir de rompre les accords internationaux pour se venger des sanctions.

Vladimir Poutine contre l'Occident

Face à la pression de l'occident et notamment de l'alliance Union Européenne et Etats-Unis après la crise ukrainienne, Vladimir Poutine cherche par tous les moyens à se venger. Et il avait déjà commencé lors des premières sanctions économiques contre le pays en annonçant prendre lui-même des sanctions (sauf sur le fromage et le vin).

Petit problème : toutes ces sanctions ont entraîné une chute du rouble (bien qu'il soit un peu remonté depuis), une importante inflation (17%), une chute du PIB russe estimée à environ 4% et une crise économique sans précédent qui pourrait bien faire risquer le défaut à la Russie.

Mais Vladimir Poutine peut compter sur l'inventivité de ses députés.

Une loi, plus de dettes et le sauvetage de la Russie

Poutine va peut-être pouvoir dire un grand "merci" à Viatcheslav Tetekine si sa loi passe : il aurait alors dès le 15 juin prochain le pouvoir de rompre les accords internationaux pris envers les pays ayant adopté des sanctions contre la Russie.

Un tel pouvoir est énorme : d'un coup de baguette magique la Russie pourrait tout simplement menacer les pays de ne plus payer les dettes de la Russie... et avoir le pouvoir de mettre ses menaces à exécution sans faire défaut. Sur le plan politique ce serait un renversement de pouvoir extrêmement fort alors que les menaces de couper les robinets de gaz ne semblent plus avoir le même effet (surtout avec l'été qui s'approche).

Et ça risque de faire mal à l'Union Européenne et aux Etats-Unis, principaux pays visés par cette loi. Tandis que M. Tetekine pourrait bien prendre du galon (et qui sait... une médaille peut-être ?)

Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013. Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio

Laisser un commentaire

* Champs requis