Deux-tiers des Français acceptent de travailler pendant leurs vacances

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Modifié le 23 août 2017 à 10h41
Autoentrepreneur Creation Entreprises Suppression Statut
17 %17% des sondés ne décrochent jamais vraiment du bureau, même pendant leurs congés.

66% des Français disent travailler au moins une heure par semaine, pendant leurs vacances.

Vacances, je n'oublie pas tout

Regarder ses e-mails, répondre aux demandes formulées par ses collègues : même en vacances, beaucoup de Français ont du mal à décrocher complètement du bureau, et se remettent au travail de temps à autre. En proportion moindre tout de même, comparé au Royaume Uni ou à l’Allemagne.

Telle est la conclusion d’une enquête menée en juillet 2017 à l’initiative de Wrike, éditeur d’une solution de gestion des tâches et des projets en mode collaboratif, conjointement auprès d’un échantillon représentatif de 200 professionnels dans des entreprises de toutes tailles en France, en Allemagne et au Royaume Uni.

D’après les résultats de l’enquête, seuls 33% des salariés français décrochent complètement et refusent catégoriquement de travailler durant leurs vacances. 48% d’entre eux déclarent rester joignables pour régler les urgences, et près d’un salarié sur cinq (19%) reste disponible pour répondre à tout type de demande.

Lorsqu’on demande aux Français combien de temps ils travaillent durant leurs vacances, 66% d’entre eux déclarent y consacrer au moins une heure par semaine (30% indiquent environ une heure par semaine, 23% entre deux et trois heures, et même 13% plus de 3 heures).

Un devoir de déconnexion ?

C’est cependant moins que les Allemands, dont 78,5% déclarent travailler au moins une heure par semaine en vacances. La palme revenant aux Anglais, dont 83% déclarent travailler au moins une heure par semaine.

Pourquoi les Français gardent-ils un pied dans leur bureau même lorsqu’ils sont à la plage ? Surtout parce qu’ils veulent régulièrement vérifier que tout est sous contrôle, et ainsi limiter leur stress.

21% des personnes interrogées dans l’enquête déclarent rester connectées à leur bureau pour s’assurer qu’elles ne découvriront pas de catastrophe à leur retour, et 8% indiquent même avoir peur que leurs collègues fassent des erreurs en leur absence.

17% d’entre elles tout de même ne décrochent jamais vraiment, et préfèrent traiter les demandes sans attendre comme s’ils étaient toujours au bureau, pour être moins débordés à leur retour.

Et le droit à la déconnexion, alors ? Peut-être faudra-t-il instaurer un jour un devoir de déconnexion … !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Laisser un commentaire

* Champs requis