L’affaire Djokovic aura-t-elle des répercussions économiques sur Roland Garros ?

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Marie-Eve Jamin Publié le 27 janvier 2022 à 15h45
Roland Garros Extension Cout Tennis France
38 MILLIONS $En 2021, Novak Djokovic aurait gagné 38 millions de dollars.

Lors du tournoi de l'Open d'Australie, Novak Djokovic est le grand absent. Le Serbe, numéro 1 mondial, non vacciné contre la Covid, n'a pas pu participer au tournoi : quel impact a cette absence sur ses sponsors ?

Les sponsors, ceux de Djokovic, du tournoi australien et du tennis n'ont pas vraiment apprécié tout ce « bad buzz ». Ce qu’a fait le Serbe a nui à son image, mais aussi à celles de l’Open d’Australie et du tennis en général. Il est tout de même numéro un mondial ! Les sponsors du Serbe sont connus. Donc la surexposition que cette affaire génère n'a pas vraiment d'effet. Lacoste par exemple, en signant avec Djokovic, voulait renforcer son image de marque premium du tennis. En s’appuyant sur le haut niveau de jeu et de qualité mais pas le haut niveau de triche et de mensonge…

Quel impact sur la cote commerciale de Djokovic ?

La cote commerciale de Djokovic pourrait être impactée. Mais il est encore trop tôt pour affirmer qu'elle va baisser. L'ATP semble avoir les cartes en main. Va-t-elle se taire, lui adresser un blâme ou lui mettre une amende ou encore lui infliger une suspension ? Cela peut changer beaucoup de choses. Novak Djokovic court derrière une reconnaissance du public et du monde du tennis. Devant lui, Roger Federer et Rafael Nadal se sont battus sportivement mais toujours avec une certaine classe, voire même une noblesse. Ce qui n’est pas son cas et cela a eu un impact sur son image. S'il ne prend qu’une simple amende ou un blâme, qu’il fait profil bas et qu’il arrive à regagner un ou deux titres du Grand Chelem, en marquant définitivement son sport avec ce nouveau record, sa valeur marketing ne sera pas la même que s’il ne regagne plus rien du tout.

En revanche, l'image déjà clivante de Djokovic n'est pas forcément un handicap. En marketing, tout est une question de positionnement. Dans les années 1980, l'Américain John McEnroe avait le positionnement de bad boy, du râleur, mais lorsqu'on l'assume, c’est cohérent. Le problème du Serbe, c’est qu’il a à la fois une attitude clivante (ne pas se faire vacciner quitte à ne pas participer aux tournois majeurs) et un désir d’être vu comme sympathique. Et ce qu’il a fait en Australie ne peut pas le rendre sympathique. Sauf aux yeux des antivax.

Des répercussions économiques pour Roland-Garros ?

Le tournoi français de terre battue, Roland-Garros, sui se déroule Porte d'Auteuil, en juin, pourrait lui aussi être impacté par cette « affaire ». Si le Serbe refuse de se faire vacciner, il pourrait ne pas participer. Là aussi, on y verra plus clair dans deux trois semaines. Les risques existent que cette affaire Djokovic ait des répercussions pour Roland-Garros. Reste à savoir ce que vont décider l'ATP et le tournoi français. Reste à savoir quelle attitude adoptera aussi Djokovic. Il a tout à gagner à faire profil bas.

Quant au tennis, le vrai, quelles sont les stars de cet Open d'Australie ? Du côté des femmes, un petit cocorico pour le beau parcours d'Alizé Cornet qui a atteint ses premiers quarts de finale d'un Grand Chelem à 32 ans. L'Open d'Australie se déroule là aussi avec deux grandes absentes : les sœurs Williams. Mais la relève est présente avec Osaka et Raducanu pour ne citer qu'elles. Sur les réseaux sociaux la grande star est évidemment Naomi Osaka A noter un certain équilibre entre les joueuses en termes de popularité dans le TOP 10, contrairement aux joueurs : Naomi Osaka 4,6 millions de followers contre 628 000 pour la 10e Paula Badosa . Alors que chez les joueurs, il existe un fossé : Rafael Nadal est suivi par 43M de followers et Janik Skinner le 10e, par 575 000 personnes sur les réseaux sociaux.

Serena Williams fait tout de même parler d'elle

La star du tennis mondiale aux 23 titres de Grand Chelem, Serena Williams vient d'être engagée au conseil d'administration de Sorare. La start-up française de fantasy football avait fait le buzz en septembre dernier en annonçant avoir conclu une levée de fonds record de 580 millions d'euros. Parmi les investisseurs, des sportifs comme les footballeurs Antoine Griezmann ou encore Gerard Piqué. Serena Williams est une championne en dehors et sur les courts : elle a réussi très tôt à allier sport et business.

Pour rappel Novak Djokovic investit lui aussi. Il a acheté 80% de la société danoise de technologie QuantBioRes afin de développer un traitement médical contre la Covid. Pas sûr donc qu'il va se faire vacciner...

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis dix ans, j'essaie de transmettre ma passion pour l'actualité au quotidien. Je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

Laisser un commentaire

* Champs requis