L’e-cigarette n’est pas un médicament

Par Olivier Sancerre Modifié le 8 octobre 2013 à 15h26

Les vapoteuses ne sont pas des médicaments. Telle est la décision du Parlement européen qui a voté contre une des mesures les plus emblématiques du paquet « Tabac ». En revanche, d'autres mesures ont été adoptées pour renforcer la lutte contre la cigarette.

La vapoteuse souffle

Si la directive avait été votée en l'état, les e-cigarettes auraient pu obtenir le statut de médicament en tant que substitut nicotinique, et par conséquent n'être vendues qu'en pharmacie. Les élus de droite au Parlement européen ont rejeté cette mesure : les vapoteuses resteront disponibles chez les buralistes et dans les échoppes spécialisées. En revanche, le Parlement a validé l'interdiction de la vente d'e-cigarette aux mineurs, ainsi que l'interdiction de publicité pour ces produits.

Des images choc sur les paquets

Les cigarettes aromatisées, accusées de favoriser l'entrée des jeunes sur le chemin du tabac « normal », sont interdites. Ce ne sera pas le cas des cigarettes « slim », qui resteront en vente. L'industrie du tabac va également avoir l'obligation d'apposer des images montrant les ravages de la cigarette sur 65% d'un côté des paquets, sur la partie supérieure. La Commission avait proposé 75%… ce sera toujours plus grand que les 30% de texte actuel, mais il reste à voir si ces images choc seront dissuasives ou pas.

Il faut maintenant que le texte en passe par le Conseil des ministres, puis de transcrire la directive dans les lois nationales - il faudra véritablement attendre 2018 pour voir les premiers effets de cette législation.

Journaliste adepte des nouvelles technologies et de l'économie en général, Olivier est aussi un féru d'histoire et pour son plaisir, il parcourt les musées partout dans le monde.

Aucun commentaire à «L’e-cigarette n’est pas un médicament»

Laisser un commentaire

* Champs requis