En cas de ruptures conventionnelles, les hommes mieux indemnisés que les femmes

Cropped Favicon Economi Matin.jpg
Par Laure De Charette Publié le 23 février 2015 à 10h57
Entreprise
1,7 MILLIONDepuis sa création en 2008, environ 1,7 million de ruptures conventionnelles ont été signées.

Depuis sa création en 2008, la rupture conventionnelle, qui permet aux salariés de quitter leur entreprise avec un chèque et des allocations-chômage (ce qui n’est pas le cas en cas de démission pure et simple), fait fureur : environ 1,7 million de départs à l'amiable ont été signés. Mais tous les salariés ne sont pas logés à la même enseigne en la matière !

Les femmes touchent un chèque moins élevé

Et les femmes, une fois de plus, sont les grandes perdantes, comme l'explique un article du Figaro : alors qu'en moyenne, les hommes obtiennent un mois et demi de salaire par année d'ancienneté en cas de rupture conventionnelle, les femmes ne perçoivent que 1,3 mois de salaire. Pourquoi ?

A priori pour deux raisons : d’abord, c’est souvent elles qui demandent à leur patron de partir, ce qui n’aide pas dans le rapport de force qui va s’opérer. Or il est établi que lorsque c'est le salarié qui demande à partir, comme c'est le cas deux fois sur trois, il percevra des indemnités moindres que si c’est l’entreprise qui sollicite le départ de l’employé.

Trop pressées d'en finir ?

Ensuite, elles négocient moins âprement que leurs homologues masculins, souvent pour accélérer le processus et pouvoir partir plus vite.

Autre inégalité : les salariés de PME perçoivent un chèque moindre (1,4 mois) que leurs homologues des grandes entreprises (1,75 mois en moyenne) !

Cropped Favicon Economi Matin.jpg

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique. Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.

Aucun commentaire à «En cas de ruptures conventionnelles, les hommes mieux indemnisés que les femmes»

Laisser un commentaire

* Champs requis